Non classé

Interview : Créativité

Il y a une grosse décennie, les forums de magie s’enflammaient avec vos DVD pédagogique accessibles à tout un chacun, pratique connue en prestidigitation sous le terme de débinage. Si, de nos jours, il est aisé pour celui qui est intéressé de trouver des centaines d’heures de vidéo pédagogiques, c’était une décision assez originale et singulière à l’époque (de mémoire, les vidéos en ce temps ne se trouvaient que chez les vendeurs d’articles de magie). Qu’est-ce qui vous a amené à faire ce choix ? Était-ce parce que vous estimiez alors que la mutation du concept d’échange d’information impliquait une réflexion sur le « business mode ! » de la magie, si j’ose dire ?

Quand l’imprimerie est née au 15ème siècle, les hommes au pouvoir ont tenté d’en empêcher la diffusion : donner accès à la connaissance au plus grand nombre mettait en péril leurs privilèges. Il est vrai qu’empêcher la diffusion des connaissances est un bon moyen de conserver son pouvoir, sans trop se fatiguer. Moi, j’ai toujours estimé que les magiciens n’auraient qu’à y gagner, en partageant leurs connaissances avec ceux qui ont envie de les rejoindre pour faire de la magie. Donner certaines clés de la magie, c’est une façon de faire progresser la magie vers ce qu’elle est, c’est-à-dire un art, et pas seulement un ensemble de trucs plus ou moins sophistiqués pour tromper son public. Un art est un moyen d’expression, qui est fait pour évoluer sans cesse au gré des sensibilités et du talent des hommes qui le pratique. Donnons à la magie la chance d’éclater ! Pourquoi devrait-elle rester le privilège de quelques initiés ? Je me suis fâché avec pas mal de confrères à ce sujet … Moi, j’estime que c’est un devoir de donner les outils à nos futurs confrères pour évoluer en magie. A nous de continuer de travailler encore et encore pour aller de plus en plus loin ! Chose aisée, si l’on considère une fois de plus que la magie est un art et non une discipline morte qui ne se nourrit que de son passé ! Par exemple, dans les années 70, la technique magique appelée « le comptage Elsmley » était considérée comme un secret jalousement gardé. Depuis, avec les années, il est devenu une technique de base. Pourtant, toujours grâce à ce comptage, on peut toujours produire des merveilles insoupçonnées … La bonne magie ne naît pas des techniques utilisées, mais de la façon de les utiliser. Un peu comme les notes de musique !

Merci à Matt, l’auteur du site www.acide-ici.fr , ingénieur en physique et docteur en astrophysique (entre autres !), qui a souhaité m’interviewer dans le cadre de son ebook « Versions originales » qui aborde le thème de l’originalité en interrogeant plusieurs profils très différents (un scénariste de BD, un expert en musicologie, un expert en art moderne, un astrophysicien, des voyageurs…).

Afficher plus

Dominique Duvivier

♣️ Magicien. ♦️ Maître de l’art du #CloseUp. ♥️ Créateur de tours et professeur. ♠️ Fondateur @ledoublefond et directeur de Mayette Magie.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page