juin 01 2012

Bienvenue sur mon blog !

Je serai au Double Fond en duo avec ma fille Alexandra dans notre spectacle « De très près » les 18/09 et 25/09. Puis, du 9/10 au au 6/11, nous serons accompagnés par l’équipe du Double Fond au grand complet dans un nouveau spectacle intitulé « Ouketi Ouketi ». Attention il n’y aura que six représentations ! Enfin, toujours au Double Fond, vous pouvez découvrir notre nouveau spectacle « Ce Soir, J’Ouvre La Boîte » les vendredis 13/11, 20/11, 4/12, 18/12 et mardi 29/12/2015.

Ce blog est né de la passion que j’éprouve pour la magie et de la passion que j’ai de communiquer avec ceux qui aiment la prestidigitation comme je laDominique Duvivier par Harcourt respire moi-même.
Que mes ennemis aillent voir ailleurs…
Que mes amis virtuels ou réels viennent à moi comme j’ai envie d’aller vers eux.

J’aime passionnément mon métier qu’est la magie mais mon hobby c’est aussi la magie… Deux passions en une, le pied quoi !

Chaque lundi matin un nouveau texte de mon cru sera édité ci-dessous et ce sera notre point de départ pour discuter, raisonner, imaginer ensemble des nouvelles pistes de recherches…
Il y aura tantôt des pistes de travail, tantôt des histoires qui m’inspirent etc. Plein de directions pour avancer ensemble quoi !
Elle est pas belle la vie ?
Pourquoi avons-nous tant de chance ?

A bientôt

Amitiés

Dominique DUVIVIER



août 24 2015

J’aurai donc vu la fin…

Dominique Duvivier

J’aurai donc vu la fin…

-des cartes à jouer et des tours de magie américains impossibles à se procurer en France !

-des stars de la magie comme Tommy Wonder, Fred Kaps, Richard Ross…

-de ma maman qui me manque tant et que je ne pouvais imaginer sans vie !

-de la misère que j’ai vécue jeune, puis jeune marié.

-de mes engouements pour les choses futiles et la fin de mes envies inassouvies.

-du carcan des « seuls trois effets possibles en magie » : apparition, disparition, transformation.

-du téléphone dans les cafés pour appeler d’urgence quelqu’un !

-du temps où j’étais accro au tabac en fumant plusieurs paquets par jour.

-de la DS23 Pallas, le dernier modèle de voiture française qui me faisait kiffer grave.

-d’avoir dépassé les 50 ans, ce que je ne pouvais imaginer, lorsque j’avais 20 ans !

-de mes préjugés et mes peurs maladives.

-des cassettes VHS

-de la pipe d’Ernest Pancrazi (mon mentor) et de lui qui tire dessus avec son sourire en coin !

-du magicien Freddy Fah qui « emmerde la terre entière, mon cher ami ! » (sa phrase fétiche)

-de la confrérie de magiciens « Les fruits d’or » que je croyais perpétuelle quand j’y suis entré !

-des secrets de polichinelle

-des faux amis

-du Coca Cola et du Canada Dry qui étaient mes boissons préférées ! Maintenant… c’est thé sans sucre, mais j’en suis ravi !

-de mes premières prestations magiques dans les boîtes de nuit pour exprimer ce que je voulais… Dur.

-de dépenser TOUT mon argent de poche à la boutique Mayette avec ma maman !

-du « Steak frites » en toutes circonstances ! Je ne mangeais QUE ça. Un chieur !

-de l’usage des cartes Michelin pour aller d’un point à un autre !

-des pains de glace dans la lessiveuse pour rafraîchir les boissons !

-des championnats du monde de lancer de crachat, à Deauville avec les copains !

-de pouvoir tuer 3 mouches d’un coup  d’élastique contre le mur !

-du lait grenadine que j’aimais tant dans mes jeunes années !

-de Coluche qui semblait pourtant invincible !

-de croire que la technique est ce qu’il y a de mieux pour faire de la magie !

 

 

(inspiré d’une chronique de Patrick Besson parue dans Le Point le 29/08/2013)

août 17 2015

Les cons sur orbite

Voici un extrait du film « Le Pacha » de Georges Lautner (1968), avec la réplique ô combien culte de Jean Gabin qui s’adresse Robert Dalban (dialogues d’Audiard, mais suis-je obligé de le préciser ?!) :

ça fait du bien, hein ?

Simple, mais revigorant, n’est-ce pas ?

La scène d’anthologie par excellence !

Le ton de Gabin, ce regard et ce flegme inimitables… Que de souvenirs, que de joies avec tous ses films !

Un être meurt lorsqu’on l’oublie, sinon il est immortel…

A méditer.


août 10 2015

La musique comme processus créatif dans la magie de Dominique Duvivier

Bonjour à tous mes chers fidèles lecteurs !

Il y a quelques mois un étudiant en musicologie à la Sorbonne m’a envoyé un article de son cru, traitant des relations entre la musique et ma magie. Avec son accord, voici la chose !

Merci à lui et bonne lecture à tous

Dominique Duvivier

 

La musique comme processus créatif dans la magie de Dominique Duvivier

Dominique_DUVIVIER

Dominique Duvivier, illusionniste français reconnu internationalement comme l’un des meilleurs de sa génération, brillant dans le close-up (la magie de proximité), a parlé à plusieurs reprises de la relation entre magie et musique. Nous ne parlerons pas ici de musique comme accompagnement d’ambiance, mais d’éléments musicaux qui participent au processus créatif du magicien. À première vue, le lecteur se demandera quel rapport peut exister entre ces deux disciplines pourtant si différentes. Cependant, ces deux arts permettent aux artistes, à travers des objets et des instruments, d’exprimer des sentiments que seul l’art peut faire ressentir à son public. Il est reconnu que la musique est, comme nous le verrons, un véritable art de l’illusion : en effet, elle en a besoin pour permettre aux musiciens de s’exprimer pleinement. Après les écoutes des divers podcasts et lectures des articles du blog de Dominique Duvivier (www.dominiqueduvivier.com ), il m’est apparu évident que la magie a besoin de la musique comme processus créatif.

« YESTERDAY »

L’histoire de la musique nous montre de nombreux éléments qui prouvent que la musique est bel et bien un art de l’illusion. Un des premiers exemples est le figuralisme musical, sorte d’illusion pour faire entendre au public des éléments sonores naturels ou non, qui peut être trouvé dans la musique baroque. « Les quatre saisons » de Vivaldi est une mine d’or d’exemples pour ce premier élément. Dans des œuvres de compositeurs plus récents tels que Debussy ou Camille Saint-Saëns, nous retrouvons cette volonté d’imiter, ou de représenter la nature : dans le « Carnaval des animaux » par exemple. Cependant dans la musique que nous avons évoquée pour le moment, l’illusion de la nature est toujours faite selon les lois physiques qui régissent notre univers. Dans certaines œuvres, des éléments surnaturels sont représentés musicalement, principalement dans la musique pour opéra : nous pouvons retrouver des ouvertures d’enfer, par exemple. « La flûte enchantée de Mozart » en est une bonne illustration, avec la présence de nombreux éléments surnaturels.

RYTHME

Dans la magie de Dominique Duvivier, le rythme joue un rôle majeur à différentes échelles : au niveau du spectacle entier (nous retrouvons dans le spectacle « Intimiste I » la notion de « crescendo » dans les effets magiques qui rythment le show), au niveau d’une routine, dans l’enchaînement des différents effets, et, le plus intéressant je trouve, dans l’enchaînement des mouvements (l’exemple le plus frappant pour moi est la routine des Gobelets, présentée dans le DVD « From Old to new 2 », dans laquelle les mouvements et les sons des gobelets suivent une partition que nous pourrions retranscrire assez facilement). À une échelle encore plus petite et précise, au niveau des mouvements les uns par rapport aux autres. Un exemple peut être donné avec le comptage Hamman. Dans ce mouvement, le rythme joue un rôle essentiel dans la réussite de la technique. En effet, certains mouvements nécessitent un rythme quasi-métronomique à leur réussite. Le son produit par les objets (les cartes dans le cas du comptage Hamman) joue un rôle majeur dans la réussite des mouvements mais aussi d’un point vu inconscient pour le public.

INTERPRETATION

L’interprétation est le dernier élément que nous aborderons dans cet article. Depuis peu, les musicologues entreprennent des travaux de recherche sur l’interprétation historique des œuvres. C’est d’ailleurs ce qui m’intéresse le plus actuellement dans la musicologie. Cette recherche des mouvements exacts pratiqués par les premiers interprètes de la musique permet non pas seulement de recréer des interprétations fantasques dites « historiques » qui seraient presque infaisables à faire mais surtout d’éclairer les interprètes actuels sur les premières interprétations des pièces qu’ils jouent. Nous retrouvons exactement cette même démarche dans la magie de Dominique Duvivier. En effet, pour sa routine de la Salière, par exemple, pour son spectacle Intimiste II, Dominique Duvivier a observé le plus précisément possible l’interprétation de Goshman (créateur original de cette routine), l’a reproduite à l’identique pour ensuite se l’approprier du mieux possible mais en ayant connaissance des éléments essentiels de l’interprétation originale.

Pour l’écriture de cet article, je me suis inspiré de la magie que je crois connaître le mieux, que j’aime le plus, qui m’inspire le plus, celle de Dominique Duvivier. Les éléments que j’ai cités vont peut-être paraître ambitieux, voir totalement farfelus pour certains et concernant certains magiciens, mais concernant la magie de Dominique Duvivier, ils fonctionnent.

Tristan Szyszka


août 03 2015

MAGIPHAGEUH N°46 : MARTIN SCORSESE

Récemment j’ai lu un livre complètement génial sur Martin Scorsese… Normal, ce type EST un génie !!

J’ai adoré. Je me suis délecté. J’ai kiffé comme on dit aujourd’hui !

martin-scorsese

A un moment donné, on lui pose la question bateau : « Croyez-vous encore à la magie du cinéma ? » (genre Hollywood, ce n’est plus ce que c’était, patati patata).

Et Martin, avec la classe qui le caractérise, répond (prononcez Martine !! of course) quelque chose comme : « Mais ce n’est pas magique le cinéma ! La magie, il faut la créer soi-même ! »

 

Bon, je pense que vous me voyez venir… En magie c’est du pareil au même ! Le cinéma est, au départ, une technique magique : ce sont des images qui bougent toutes seules sur un écran. De quoi fasciner littéralement les contemporains de son invention ! C’est d’ailleurs pourquoi  Méliès a abandonné la prestidigitation pour le cinéma, comme on le voit magnifiquement raconté dans le film « Hugo Cabret » (du même réalisateur dont on vient de piquer une réplique… comme quoi tout se suit dans mon exposé !). SAUF (et vous aurez noté que j’ai écrit « sauf » en majuscules) que le cinéma ne s’est heureusement pas arrêté là. Le langage cinématographique n’a fait que grandir pour réussir à devenir un moyen d’expression plus qu’une fin en soi. Le domaine de la magie semble avoir plus de mal à trouver sa maturité : à force de se contenter d’une magie de « premier degré » (oh quel bel effet magique… comment ça maaaaarche ??), on la condamne à rester un amusement tout au plus intéressant. Comme nous dit notre ami Marty pour le cinéma, les effets magiques ne sont plus du tout suffisants ! C’est à nous de créer la magie de nos effets magiques. C’est à nous de donner de l’âme à nos magies pour qu’elles deviennent véritablement magiques. Vous voyez ? Le mot « magie » est devenu un terme générique avec le temps. Le cinématographe est devenu le « ciné » tout court et pour retrouver la magie du cinématographe dans le ciné, il faut donner de ses tripes, de son talent pour obtenir un résultat magique ! C’est ce que j’essaie de faire dans la plupart des articles que je publie ici. J’espère que cette nouvelle manière de dire la même chose (car je parle toujours des mêmes trucs), vous fera galoper vers le vrai sens magique des siècles à venir !


juil 27 2015

Daniel Auteuil qui inspire…

Daniel Auteuil est un grand comédien, mais également un être humain particulièrement inspirant…

Au détour d’une interview donnée dans le magazine « Psychologies », j’ai noté deux petites pépites que je m’empresse de partager avec vous…

daniel-auteuil 

« Je suis plus riche du désir d’avancer que de biens que je pourrais posséder, et je crois que c’est ce qui fait ma force, si vous voulez la vérité ! »

Pas mal, hein ?

 

Il cite aussi François Truffaut : « L’histoire d’un film est réglée, alors que dans la vie on ne sait pas… »

Cela m’a fait penser au bonheur que représente le fait de jouer un spectacle écrit de A à Z. En général le public n’imagine pas à quel point chaque détail est réglé dans mes shows. Il se laisse porter comme si tout était improvisé… et c’est bon signe ! Pourtant tout est bel et bien écrit. Ma façon de vivre le spectacle n’est pas « mécanique », pourtant le spectacle répond à une mécanique, très huilée même ! C’est le seul moyen pour que je puisse justement exister dans le spectacle, c’est-à-dire que je puisse interagir avec le public, gérer les imprévus, sortir des « lines » intéressantes… Bref c’est la rigueur de l’écriture du spectacle qui me permet de vivre au moment présent avec le public . J’aime toujours parler de cette contradiction que je trouve magnifique : un bon spectacle est un produit très structuré qui, grâce à son côté formaté, permet de libérer les pires folies et d’accéder aux plus beaux des voyages !

 

Tiens, au fait, avez-vous vu les films de Daniel Auteuil « Marius » et « Fanny » ? Ce sont de merveilleux bijoux. Je vous les recommande plus que chaudement !!

Très bel été à tous… et à la semaine prochaine !


juil 20 2015

Le Double Fond à l’honneur sur France Bleu, 107.1

Voici une super petite chronique de Robin Grimaldi qui est passée à l’antenne samedi matin sur France Bleu, ça fait drôlement plaisir !

Cliquez ci-dessous sur « Play in a new window »… et vous m’en direz des nouvelles !

Amitiés

Dominique Duvivier

Le-Double-Fond


juil 13 2015

Ce qui me pousse à l’insatisfaction

Dominique_DUVIVIERSi vous me pratiquez un tant soit peu, vous savez que je n’aime pas m’arrêter de chercher. Je suis toujours en train de tout recommencer. Vous le savez bien !

Mais alors, qu’est-ce qui me pousse à cette insatisfaction permanente ? Un bon thème pour ce blog, s’il en est !

Même quand, en spectacle, le succès a été au rendez-vous, je cherche encore et toujours à m’améliorer. Et pareil pour mes tours publiés qui ont été de grands succès commerciaux, baromètre ultime de votre approbation ! Pour moi ce ne sont que des bases qui me permettent de relever la barre inlassablement… Le pire c’est que je ne crois pas être un mec spécialement torturé. Mais, pour moi, faire reculer les limites, c’est un devoir quotidien. C’est un principe de vie en quelque sorte. Certains doivent se dire : mais un tour de magie parfait, ça existe !! Pourquoi ne pas savoir s’arrêter ? Eh bien je vous assure que si vous êtes dans l’esprit de toujours vouloir vous dépasser, vous constaterez qu’un tour vraiment «parfait » fait toujours apparaître, avec le temps, des défauts ou simplement des petits points de faiblesse… D’un coup vous pouvez par exemple vous apercevoir que la fin peut être un commencement ou au moins un milieu. Alors je travaille toujours pour voir où tout cela mène ! Sans oublier d’être toujours attentif à l’aspect « démodé » que peut prendre votre tour ou votre mise en scène avec le temps. Il faut y prêter la plus grande vigilance, car cela peut aller très vite.

Par contre, cette attitude de remise en question permanente, ne doit pas vous empêcher d’être satisfait un temps par votre travail. C’est le risque. J’ai vu tant de « chercheurs » fous qui ne produisent finalement jamais rien et qui vivent dans une perpétuelle insatisfaction… négative cette fois ! Il faut savoir être satisfait… pour un moment ! Hop !


juil 06 2015

Podcast « Et si c’était vrai ? » : émission n°23

Dominique-DuvivierChers amis,

Voici la 23ème émission de mon podcast, enregistrée en octobre 2013 avec Lionel dit « Le Marquis » et moi-même. Il a su me « cuisiner » comme à son habitude et m’a fait sortir des trucs sur la création qui pourront certainement servir à ceux qui ont des soucis à ce niveau-là par moments…

Installez-vous comme d’habitude, confortablement.

Bonne lecture audio !

Pour écouter le podcast sur Itunes, cliquez ici !

Sinon, cliquez ci-dessous sur la barre d’écoute…

Dominique Duvivier

PS : Je vous rappelle que vous pouvez vous abonner au podcast directement par son RSS mais également sur iTunes : les personnes possédant des iPhones, iPod ou iPad peuvent donc s’abonner directement (et gratuitement) sur la plateforme d’Apple et disposeront ainsi automatiquement des prochains numéros.


juin 29 2015

LES « POUVOIRS » DU MAGICIEN

Certains magiciens semblent n’avoir aucun scrupule à faire vraiment croire à leurs « pouvoirs magiques » au premier degré, ce qui à mon sens est une mauvaise chose. Très mauvaise chose. Je suis fier de faire ce métier depuis de très longues années et d’être sorti du schéma basique : « je peux lire dans les lignes de la main », j’en passe et des croustillantes !
Bien sûr il faut noter que le public semble ne demander que cela : il a envie de croire qu’un magicien possède de vrais pouvoirs… Il a envie que tout ce que vous lui montrez soit vrai ! Mais attention danger : si nous glissons sur ce terrain, c’est la fin de notre art… La proie esDominique_Duviviert facile, le jeu est peut être grisant, sauf qu’au lieu de jouer notre rôle d’artiste, nous jouons au « dieu vivant » en nous engageant dans une voie que nous risquons de ne plus maîtriser… Depuis que le monde est monde, les êtres humains croient et veulent continuer de croire aux phénomènes paranormaux. Mais il n’y a rien de plus malhonnête que d’exploiter ce fait pour se vendre mieux, au propre comme au figuré ! Il faut faire très attention à l’image que nous donnons et ce n’est pas le public qui est à incriminer. C’est notre responsabilité que de rester clairement à notre place : celle d’un artiste.
Je trouve d’ailleurs que cette dérive s’accentue avec la mode actuelle du mentalisme… De simples prestidigitateurs s’inventent une nouvelle vie de « mentaliste-aux-pouvoirs-extraordinaires » et, inversement, des mentalistes « purs et durs » utilisent des techniques de prestidigitateurs bien connues en les faisant passer pour des pouvoirs extraordinaires… Je n’aime pas ce principe de « récupération », qui est très en vogue actuellement. Tenez, à la télévision par exemple : combien d’émissions ai-je refusées qui voulaient laisser planer le doute sur mes soi-disant « pouvoirs » ! Utiliser la crédulité des gens pour donner de l’ampleur médiatique à des prestations magiques… ça me débecte ! Le mentalisme a le vent en poupe et je trouve ça très bien, dans la mesure où l’on admet qu’il représente une branche différente de l’art de la magie dans son ensemble. Faire croire que nous sommes dotés de pouvoirs supranormaux ou le laisser simplement entendre, c’est une escroquerie. Et cela peut même être dangereux pour le mental de certains spectateurs ! Pour les artistes que nous sommes, je considère que c’est comme scier la branche sur laquelle nous sommes assis.
Par contre, si le mentalisme a tant de succès de nos jours, c’est notamment parce qu’il y a un désaveu de la magie traditionnelle ringarde et ennuyeuse. C’est à prendre en compte. Nous avons évidemment un vrai travail pour regagner la confiance du public, qui pense trop souvent à nous, pauvres magiciens, comme à de simples truqueurs de bas étage, tout au mieux à de gentils escrocs… Mais au lieu de céder à la facilité qui consiste à nous vendre d’un coup comme d’incroyables divinités aux pouvoirs magiques, relevons le défi de permettre au public de considérer la magie (et par exemple le mentalisme) comme un Art à part entière ! Oui aux bons artistes/magiciens, non aux charlatans. Le fait que le public soit tellement attiré par les phénomènes paranormaux, n’est que la preuve qu’il a formidablement envie de rêver et de voyager dans votre univers ! Il a envie qu’on lui parle de pouvoirs cachés, car je pense que tout le monde sent plus ou moins qu’il en possède et que ceux-ci ne demandent qu’à éclore… Alors embarquons-les, mais sans les trahir ou les prendre pour des niais !
Comme j’aime à le rappeler sans cesse, un magicien est un comédien qui joue le rôle d’un vrai magicien doté de pouvoirs extraordinaires… C’est tout. Comme il s’agit d’un comédien, le public saura que, le temps du spectacle, le magicien a tous les pouvoirs pour réaliser ses rêves les plus fous ! Quand on est magicien, c’est justement en reconnaissant clairement qu’on est quelqu’un de « normal » (un simple comédien) qu’on peut devenir « anormal » (un magicien) pendant un spectacle. C’est un pacte tacite entre le public et le magicien. J’ai presque envie de dire : un pacte sacré, qu’il est criminel de rompre.

Dominique Duvivier – juin 2013


juin 21 2015

Alexandra DUVIVIER, l’invitée du soir, sur France Bleu



Alexandra_DUVIVIER_France_Bleu_2015Il y a quelques jours ma fille Alexandra a été « L’invité du soir » de Romain Grimaldi sur France Bleu.

Pour ceux qui auraient loupé l’émission, voici la chose toute chaude qui devrait faire plaisir à nos fans.

Alexandra a une pêche de première. Elle communique sa joie comme personne… c’est ma fille, quoi !

C’est le cadeau de la semaine. Régalez-vous.

Alexandra_DUVIVIER_France_Bleu