juin 01 2012

Bienvenue sur mon blog !

Je serai au Double Fond en duo avec ma fille Alexandra dans notre spectacle « De très près » les 15/05, 29/05, 12/06, 26/06 et 24/07. Mais aussi, toujours au Double Fond, dans notre nouveau spectacle « Ce Soir, J’Ouvre La Boîte » les 8/05, 22/05, 5/06, 19/06, 3/07 et 17/07. Puis, du 9/10 au au 6/11, nous serons accompagnés par l’équipe du Double Fond au grand complet dans un nouveau spectacle intitulé « Ouketi Ouketi ». Attention il n’y aura que six représentations !

Ce blog est né de la passion que j’éprouve pour la magie et de la passion que j’ai de communiquer avec ceux qui aiment la prestidigitation comme je laDominique Duvivier par Harcourt respire moi-même.
Que mes ennemis aillent voir ailleurs…
Que mes amis virtuels ou réels viennent à moi comme j’ai envie d’aller vers eux.

J’aime passionnément mon métier qu’est la magie mais mon hobby c’est aussi la magie… Deux passions en une, le pied quoi !

Chaque lundi matin un nouveau texte de mon cru sera édité ci-dessous et ce sera notre point de départ pour discuter, raisonner, imaginer ensemble des nouvelles pistes de recherches…
Il y aura tantôt des pistes de travail, tantôt des histoires qui m’inspirent etc. Plein de directions pour avancer ensemble quoi !
Elle est pas belle la vie ?
Pourquoi avons-nous tant de chance ?

A bientôt

Amitiés

Dominique DUVIVIER



avr 27 2015

Télérama aime passionnément « Ce Soir, J’Ouvre La Boîte »

Telerama-Ce-Soir-J-Ouvre-La-Boite

 

Au Double Fond les 8/05, 22/05, 5/06, 19/06, 3/07 et 17/07/2015

www.doublefond.com

 


avr 27 2015

Bande-annonce « Ce Soir, J’Ouvre La Boîte »


avr 19 2015

Sur France 2 dans « Thé ou Café » avec Alain Chamfort


Alexandra_et_Dominique_DUVIVIER_avec_Alain_Chamfort_et_Catherine_Ceylac Alexandra_et_Dominique_DUVIVIER_avec_Alain_Chamfort


avr 13 2015

Interview Radio : Bruno Podalydès parle du Double Fond

Bruno_Podalydès_magicien_au_Double_Fond


avr 13 2015

Revue de presse

 

Gala mars 2015

 

 

Figaro Cinema...gie avril 2015

 

Cine...magie dans Telerama

 

Le Point Cinema...gie


avr 06 2015

La recherche de votre personnage

Dominique DuvivierSi vous me connaissez un peu, vous devez savoir toute l’importance que j’attache au travail d’écriture d’un spectacle de magie : notamment le travail du scénario, de la mise en scène, la recherche de l’équilibre entre les différentes familles d’effets magiques, mais aussi le travail du personnage que vous jouez sur scène. Votre personnage… voici l’objet de ma chronique du jour !

Tout d’abord, j’insiste sur le fait qu’il est pour moi essentiel de comprendre que le magicien joue un rôle de fiction. Un magicien qui ne joue pas sur le terrain du « jeu d’acteur » et qui ne compte que sur ses effets magiques purs pour tenir son public, n’ira pas bien loin… Encore plus de nos jours où le public commence enfin à être un peu éduqué vis-à-vis des attentes que l’on peut avoir d’un spectacle de magie ! Pendant de longues années, la simple apparition d’un lapin dans un chapeau et l’on criait au génie ! Aujourd’hui la magie, Dieu merci, a suffisamment évolué pour que l’aspect « théâtralisé » joue tout autant son rôle que l’aspect purement visuel et technique des effets magiques.

Pour autant un magicien n’est pas qu’un simple acteur. C’est un artiste, tout simplement ! Le magicien, comme l’artiste-musicien ou l’artiste-peintre, joue une composition à l’aide de son instrument favori : en l’occurrence, la magie. Le magicien ne doit jamais perdre de vue qu’il doit utiliser la magie comme un moyen d’expression et non comme une fin en soi, si tant est qu’il veuille donner à la magie ses lettres de noblesse ! Donc, dans le travail d’écriture de votre spectacle et lorsque vous construisez votre personnage, surtout n’oubliez jamais ce principe essentiel qui est la véritable clé d’un bon tour/spectacle de magie. Dans des domaines plus ancrés dans l’inconscient collectif comme la peinture par exemple, il ne viendrait pas à l’idée d’un peintre de créer aujourd’hui une œuvre juste pour montrer qu’il peint « bien ». Il est acquis qu’il peint dans le but de s’exprimer ! Il doit en être de même pour la magie et il faut se battre pour ne jamais se départir de ce postulat. Chaque phase d’écriture doit s’accompagner du même questionnement : qu’est-ce que ce tour ? Que me dit-il, à part étonner mon prochain/consentant ? Comment partager la puissance de ce tour avec mon prochain ? Comment inviter le public dans mon monde et qu’il s’y plaise ?

Maintenant que les bases sont bien claires, revenons à la construction de votre personnage.

Pour ce qui me concerne, on peut imaginer à première vue que je joue toujours plus ou moins le même rôle. Que nenni ! Bien sûr, je suis plutôt un acteur qu’un comédien. C’est-à-dire que je ne cherche pas à me transformer du tout au tout pour le besoin d’un spectacle. A la différence d’un comédien, un acteur interprète des rôles qui lui ressemblent plus ou moins et qui collent à sa stature naturelle (pour prendre un exemple simpliste, je considère De Niro comme un comédien et Ventura comme un acteur). Mais, en tant qu’acteur, j’effectue un vrai travail de recherche et de construction de mon personnage à chaque fois que j’écris un nouveau style de spectacle. Pour mes spectacles de la série « Intimiste », j’ai joué un personnage bien différent de celui que j’ai par exemple créé pour mon spectacle en duo avec ma fille Alexandra « De très près », dans lequel j’ai pu jouer sur des registres plus étendus… tout en restant moi-même ! Quand je travaille à l’écriture d’un nouveau personnage, j’essaie donc de me transposer pour créer un être parallèle à ce que je suis, mais qui possède assez de couleurs différentes pour devenir un vrai rôle de composition (relatif certes, mais quand même !). Ainsi, d’un spectacle à l’autre, mes différents rôles se ressemblent, mais restent de la fiction.

Pendant la phase d’écriture, je m’applique patiemment à trouver mille et un détails pour enrichir mon jeu et le rendre crédible, lui donner de l’ampleur, de la vie ! Je donne toutes les armes nécessaires à mon personnage pour qu’il existe pleinement, pour qu’il soit plus vrai que nature, pour que son aventure touche le public… C’est la clé pour embarquer tout le monde avec moi ! Il faut que les spectateurs puissent s’identifier ou puissent associer les détails que je vais leur donner avec leur propre « aventure de la vie ».

Mais attention ! De la même façon qu’un effet magique ne doit pas être pris comme une fin en soi, un personnage ne doit pas exister pour le simple bonheur de le jouer : il doit y avoir une cohérence continue entre le jeu d’acteur et les effets magiques réalisés. Pour que l’équilibre soit bon, il faut travailler la mise en scène, trouver une bonne colonne vertébrale à votre spectacle, ainsi qu’un ou plusieurs bon(s ) fil(s) rouge(s). Mais là, c’est un autre sujet !


mar 30 2015

Leçons de vie

Un des plus grands génies dans le domaine du jeu d’acteur conseille un autre grand du cinéma et du théâtre. C’est Lawrence Olivier qui s’adresse à Terence Stamp. Il lui conseille de ne jamais arrêter de travailler sa voix, en lui précisant : « Ton apparence pourra se faner, mais ta voix deviendra plus puissante. »

Une leçon de vie pour moi : on peut s’améliorer chaque jour. On peut toujours faire mieux : modifier quelque chose de soi pour donner encore plus de puissance à ce que l’on souhaite exprimer. C’est ce que je poursuis depuis le premier jour de ma vie d’artiste. Je vous souhaite de travailler dans cet esprit jusqu’au bout, histoire de ne jamais tomber dans la facilité qui consiste à croire que c’est arrivé. Ce qui arrive vraiment un jour, c’est  la mort, la seule chose inéluctable dans sa vie d’artiste !

Laurence Olivier

Une autre petite réflexion pour débuter la semaine en beauté !

Alors là, je vous en file une bien musclée, même si elle est assez classique :

« Tout ce qu’on critique en toi, cultive-le, c’est toi. » Jean Cocteau

La chose est « méditable » et peut s’entendre à plus d’un titre, c’est ce qui en fait son charme… Je vous laisse jouer quelques jours avec ça !

Amitiés

Dominique Duvivier


mar 23 2015

Vrai ou faux ?

Dans une interview d’Umberto Eco (que je kiffe !), j’ai relevé deux citations… Cela devrait vous plaire !

Umberto Eco

« Dans mon essai, la question « pourquoi on pleure sur les personnages romanesques même si on sait qu’ils sont fictifs ? » me sert à m’interroger sur le statut ontologique des personnages romanesques, sur leur « vérité ». Et j’en suis arrivé à la conclusion que, dans le monde de la fiction, nous avons des certitudes (il est absolument vrai qu’Anne Karenine a commis un suicide) qui nous manquent dans la vie réelle (il est simplement probable que Napoléon soit mort le 5 mai 1821, et de nouveaux documents pourraient après tout nous prouver qu’il n’est pas mort ce jour-là). La vérité absolue, c’est la vérité romanesque : le pape et le dalaï-lama peuvent discuter longtemps pour savoir si Jésus-Christ était vraiment le fils de Dieu, mais tous les deux doivent agréer que Superman était Clark Kent – et il le sera à jamais. » 

J’adore !! Pour aller dans le sens de ce que dit Umberto Eco, je me remémore une situation habituelle pour moi et que j’affectionne tant :

Ce soir je décide de me lancer : je vais jouer en public un tour que je viens d’inventer. J’aime prendre ce genre de risque pour voir au plus vite si l’impact de mon nouveau « hit » sera à la hauteur de mes espérances ! La mayonnaise va-t-elle prendre ou pas ?

Ça y est, je suis sur scène. C’est le bonheur, je sens le public frémir. Je le transporte dans mon univers, un univers de fou, encore une fois… Je le sens partir avec moi, je vois que je ne me suis pas planté, je suis heureux. J’entends tous ces petits cris, ces rires, toutes ces petites réactions que j’avais prévues dans mon scenario et… qui sont bien là ! Et puis bien sûr aussi toutes les réactions que je n’avais pas prévues et qui me mettent en joie ! Je prends deux secondes pour analyser cette situation aussi folle qu’envoûtante : juste un paquet de cartes qui vient de faire hurler mon voisin de droite, provoquer un rire nerveux très sonore au centre de la salle et pétrifier tous les autres !  Ceux-là ont réussi à ne pas « craquer » comme les deux premiers, mais ils ont succombé autrement… Tout ce qu’on vient de vivre n’est pourtant pas vrai du tout et rien ne peut réellement justifier l’ambiance de feu qui règne ici… C’est étrange si on réfléchit : tous viennent de vivre des effets réels et d’avoir des réactions plus que réelles et pourtant… tout était faux ! Alors qu’est-ce qui est vrai ou faux ? Je viens d’imprimer dans la mémoire de mon public des faits réels/faux/mais vrais ! Que va-t-il rester dans les mémoires de ces personnes dans quelques heures, semaines, années ? : une expérience réelle comme n’importe quel autre acte de la vie de tous les jours. Je viens donc de changer le réel et de transformer en partie la réalité par de nouvelles données… et le fait d’avoir construit cet imaginaire nouveau permettra à mes contemporains de construire et d’imaginer à leur tour des choses nouvelles ! J’ai donc le sentiment de contribuer à ouvrir l’esprit de mon public, , alors je suis heureux de vivre car c’était mon but dans la vie : faire rêver l’autre pour rêver mieux moi-même !

L’interview d’Umberto Eco continue :

« Et Avez-vous un conseil à nous donner pour affronter l’époque ?

-          Je crois qu’il faut pratiquer, comme disait Gramsci, le pessimisme de la raison et l’optimisme de la volonté. »

Waouh ! Les mots parfaits pour décrire ce que je poursuis jour après jour, nuit après nuit. Oui, une quête de chaque instant, car une fois par jour ne suffit pas pour se sentir heureux dans notre vie pleine d’embûches en tous genres ! Optimiste en toutes circonstances. J’aime cela !


mar 15 2015

Jouer la comédie

Comme je le rappelle sans cesse, le fait de jouer la comédie lorsque nous présentons un tour de magie est essentiel : ce n’est pas qu’un « petit plus » qui améliore vos effets, c’est la véritable condition pour que votre prestation soit considérée comme un art et non juste comme une succession de « trucs énervants ». Il faut absolument laisser de côté l’aspect « prestidigitation » pure, pour jouer des sketches à base de magie. Pour faire grandir notre magie, nous nous devons de jouer la comédie. Bien sûr cela ne veut pas dire obligatoirement qu’il faille faire le clown : jouer la comédie, c’est incarner un personnage de fiction qui peut être drôle, fou, triste, intrigant… Peu importe ! Il faut juste savoir habiter votre personnage avec sincérité. D’où un travail sur soi-Alexandra-et-Dominique-Duviviermême très important, qui consiste déjà à savoir ce que nous sommes capables de jouer, avec plus ou moins de travail. Si par exemple, on s’aperçoit qu’on n’est pas fait pour faire rire, il est salutaire de choisir un autre axe de comédie. De la même manière, se donner des impressions de grand marabout sera forcément perçu comme ridicule si son charisme est inexistant. Sans oublier l’importance de votre physique, comme de votre âge : il y a certains personnages qu’on ne peut pas jouer si on est trop jeune et inversement. Pour tester toutes ces limites, rien de tel que l’expérience concrète et intense avec un public lambda (pas avec vos proches) : c’est à force de se frotter avec la réalité que, petit à petit, nos orientations se dessinent et qu’on peut entrevoir ce que l’on est le plus à même de faire vivre. Un exercice de base consiste par exemple à essayer d’interpréter pendant quelques secondes un petit rôle, histoire d’étudier sa crédibilité : si vous êtes pris au sérieux, c’est bon signe !

Par ailleurs, pour crédibiliser vos personnages, n’hésitez pas par exemple à prendre des cours de théâtre ou, tout simplement, à ingurgiter des films qui vous bouleversent assez pour reproduire, à votre manière, les jeux d’acteur qui vous ont profondément ému en les visionnant. Votre sincérité, garante de la qualité de votre jeu de comédie, naît d’abord de votre capacité à être vous-même sincèrement « pris aux tripes » par telle ou telle prestation artistique ou situation de la vie…

Dernier petit conseil : essayez justement de vous faire conseiller par des gens objectifs qui ne seront pas tentés de dire que votre prestation est bonne pour être débarrassés du fardeau d’avoir à dire que vous êtes nul ! Oui ! Trouvez ces personnes rares et indispensables, et ayez le courage de les écouter. Attention, n’oubliez pas de prendre en compte le fait qu’il faut choisir des juges qui ont une certaine expérience du public, sinon, même objectifs, leurs conseils seront caducs.

Bon courage… mais le jeu en vaut la chandelle !


mar 08 2015

Podcast « Et si c’était vrai ? » : émission n°21

Dominique-DuvivierChers amis,

Voici maintenant la 21ème émission de mon podcast, enregistrée en octobre 2013 avec Lionel dit « Le Marquis » et moi-même.

Installez-vous comme d’habitude, confortablement.

Bonne écoute

Pour écouter le podcast sur Itunes, cliquez ici !

Sinon, cliquez ci-dessous sur la barre d’écoute…

Dominique Duvivier

PS : Je vous rappelle que vous pouvez vous abonner au podcast directement par son RSS mais également sur iTunes : les personnes possédant des iPhones, iPod ou iPad peuvent donc s’abonner directement (et gratuitement) sur la plateforme d’Apple et disposeront ainsi automatiquement des prochains numéros.