Jan 07 2013

Podcast « Et si c’était vrai ? » : émission n°9

Chers amis,

Et voici maintenant la 9ème émission de mon podcast !

Je vous rappelle que vous pouvez vous abonner au podcast directement par son RSS mais également sur iTunes : les personnes possédant des iPhones, iPod ou iPad peuvent donc s’abonner directement (et gratuitement) sur la plateforme d’Apple et disposeront ainsi automatiquement des prochains numéros.

C’est le moment de mettre le volume et… en route !

Pour écouter le podcast sur Itunes, cliquez ici !

Sinon, cliquez ci-dessous sur la barre d’écoute…

Bonne écoute à tous

Dominique DUVIVIER

 

Play

Jan 03 2013

C’était lundi en direct sur BFM TV


Jan 01 2013

2013… passionnément !

Pour nous au Double Fond,

En cette nouvelle année,

Tout sera magique comme jamais.

2013 : nous fêtons nos 25 ans

2013 nouveaux instants de magie… au moins !

2013000 sourires, 25000 éclats de rire…

Meilleurs vœux

Meilleurs… tout !

Avec tout notre amour

Toute l’équipe du Double Fond, votre dévouée

 

LE DOUBLE FOND – Le Café-théâtre de la magie

1, place du marché Ste Catherine – 75004 PARIS

Tel : 33 (0) 1 42 71 40 20

www.doublefond.com

 

MAYETTE MAGIE – Boutique de magie 

8, rue des Carmes – 75005 PARIS – FRANCE

Tel : 33 (0) 1 43 54 13 63

www.mayette.com

 

Photo : Benjamin Decoin


Déc 31 2012

A l’année prochaine…

Comme le 31 décembre est un jour « chaud bouillant » pour nous au Double Fond, ma rubrique hebdomadaire sera publiée ce mardi et non maintenant comme d’habitude…. Je serai donc là pour vous souhaiter mes voeux à 0:01 pétantes ! Pas belle la vie ?

En attendant, je vous souhaite une soirée du Nouvel An… magique !

A vite.

Dominique


Déc 24 2012

Photos souvenirs

Alors là nous sommes dans la période de la trentaine triomphante… une époque qu’on aimerait tous conserver pour l’éternité ou presque. C’est l’époque où tout semble simple et évident. On est en pleine santé sans faire attention à quoi que ce soit (on peut bouffer comme un chancre sans grossir… le rêve !). On est bien dans sa peau, plus trop jeune, mais pas encore trop vieux non plus… On est plutôt pas mal… Les filles se retournent parfois, alors, même si on est casé, l’ego est flatté. Les types qu’on croise se disent « oh la la, je voudrais être aussi beau !! », non je rigole… Au niveau magique, ma carrière est vraiment lancée et je m’apprête à créer le Double fond. Bref, tout va bien. J’ai même la conviction à cette époque que la magie peut rassembler tous les magiciens ou presque, grâce à leur passion commune ! Oui, un peu utopique l’époque…

Par contre, on m’a poussé à me faire couper les cheveux, ce que je déteste « grave ». Mon imprésario de l’époque me faisait croire qu’on perdait des affaires à cause des cheveux longs (tu parles !). Je crois surtout qu’il n’aimait pas les cheveux longs, ou qu’il était jaloux, voire les deux (lol). Depuis je n’ai plus jamais retenté l’expérience…

On est au Double Fond avec ma fille Alexandra au début des années 2000, dans un numéro avec des pommes qui voyagent magiquement dans des boîtes.

Nous avions écrit ce sketch sur la musique et le thème d’une publicité « Manpower » qui avait été un gros succès dans les années 90 à la télé (on y voyait des hommes de chantier, un casque sur la tête, dans une scène au ralenti… ça rappelle quelque chose à certains ?). Nous nous étions donc procuré les magnifiques casques que vous voyez sur la photo et réalisions tous nos gestes au ralenti. Quand, à l’époque, tout le monde connaissait encore la publicité d’origine, ça faisait bien marrer les gens… et nous aussi d’ailleurs ! Bien sûr, petit à petit, les gens ont oublié la pub et cela ne faisait plus rire que nous ! Lol. Enfin bon, ça reste un super souvenir. Depuis que nous avons commencé à travailler en duo avec Alexandra (depuis 1998-99), nous n’arrêtons pas de créer de nouveaux sketches comme ça. Certains durent avec le temps (comme notre sketch des gobelets qui est le tout premier tour que nous avons mis en scène en duo et que nous jouons encore aujourd’hui, sans presque aucune modification) et d’autre moins, c’est normal. On crée, on teste, on améliore, on change un détail ou deux ou tout ( !)… En tous les cas, on adore ça et on s’éclate ensemble. Alexandra est une partenaire parfaite. Tiens allez relire ça : http://www.dominiqueduvivier.com/2011/07/04/magiphageuh-n17-alexandra-mon-heritiere-magique/

 

 

Là, ce sont des extraits d’une série de photos qu’on avait prises pour décorer la vitrine de la boutique Mayette. On avait décidé de montrer « avec grâce » les objets vendus en boutique. Ça avait donné des trucs pas mal.

Chez mon ami Henri Verneuil. Il m’adorait et me prenait pour un Dieu en magie, alors que j’essayais de lui expliquer que c’est moi qui le prenait pour un Dieu, en cinéma (« Un singe en hiver », « Peur sur la ville », « Le serpent », « Le président », « La vache et le prisonnier », « I comme Icare », « Le clan des Siciliens », « Mayrig », « Le casse », « Mille milliards de dollars », « La bataille de San Sebastian », « Cent mille dollars au soleil », « Mélodie en sous-sol », « Week end à Zuydcoote »…). Henri était un passionné de magie. Il en a fait pendant 40 ans. Il a même pris des cours avec Slydini en personne ! Il allait souvent à la boutique Mayette pour s’approvisionner. Il gardait religieusement ses éditions de mes bouquins de cartomagie « Années 2000 ». C’est marrant. Un fou de magie, je vous dis !!!


Déc 17 2012

Au sujet de notre mise en magie du spectacle Mysteric d’Eric Antoine

Jil a écrit au sujet de notre collaboration avec Eric Antoine : « Quand vous créez pour lui , ou organisez son show , vous le faites en tenant compte de son personnage « loufoque » ? Ou est-ce Eric qui adapte vos tours à son personnage ? »

Quand nous travaillons avec Alexandra sur des tours pour Eric, nous pensons à lui, à ce qu’il est et parfois à ce qu’il pourrait être sans le savoir encore.  Mais Eric est un artiste accompli, il sait de toute façon adapter toute chose qu’on lui propose en la digérant à sa façon, pour en faire une nouveauté 100% Eric Antoinesque ! Nous avons beaucoup de respect pour lui et avons été très heureux d’avoir la chance de mettre en magie son dernier spectacle.


Déc 17 2012

Effet mental

Nathanaël Maillard : « J’ai un souvenir indélébile de certains effets d’Intimiste (I ou II ?) où il y avait un peu de magie « mentale ». Du moins je la perçois comme telle dans l’effet « prédiction ». Il y a bien sûr la boisson dans le coffre qui ouvre Intimiste II, mais celui qui m’a le plus marqué et que je n’ai pas revu après, c’est celui où vous montrez votre magnifique stylo et un porte clé en disant qu’ils vous font penser à des cartes. Là dessus, vous demandez à deux spectateur la carte qu’ils pensent spontanément en rapport avec chacun des objets puis vous les rangez, c’était juste comme ça, pour demander. Ensuite vous enchaînez sur un tour avec deux jeux qui étaient sur la table, un rouge et un bleu (je ne me souviens plus de l’effet, oups…) qui ont un élastique autour de l’étui. Vous faites cet effet qui doit bien durer plusieurs minutes puis, dramatiquement, à la fin, en musique, vous ressortez les deux objets et les placez devant chacun des jeux que vous venez d’utiliser et qui sont donc là depuis le début. Vous retournez les paquets et sous l’élastique se retrouvent les cartes nommées librement par les spectateurs en rapport avec les objets ! Ça m’avait littéralement tué ! Considérez-vous cela comme un effet mental ?

Oui, il s’agit bien d’un effet mental. Le tour dont tu ne te souviens plus bien, est une routine de cartes folles de folie (c’est le cas de le dire) qui faisait partie en effet du spectacle « Intimiste II », mais qui n’a pas été publiée avec le reste dans le DVD correspondant. Eh oui, je n’ai pas tout donné du spectacle, même si j’en ai déjà donné énormément… Je conserve quand même quelques petites choses secrètes pour moi et pour ma fille Alexandra.

 

Je pense qu’on peut l’envisager comme tel, c’est ainsi en tout cas que je le ressens, car il s’agit bien d’un sorte de prédiction. Après, là où je vous rejoins, c’est que les familles d’effets que propose le mentalisme sont bien plus réduites. Mais s’en servir comme je viens de le décrire et donc comme vous faites, à l’intérieur d’une routine qui n’est pas du mentalisme, je trouve que cela apporte beaucoup et diversifie encore la richesse du show en familles d’effets.

J’aurais voulu savoir si vous pensiez ainsi également ou si simplement pour vous, ces effets (les objets et la boisson) ne font pas partie des effets de mentalisme.

Merci et à bientôt de vous lire et relire ! »

 Tu as parfaitement intégré la chose. En effet, pour enrichir le spectacle en le dotant d’un nombre plus important de familles d’effets, j’ai sciemment mélangé
l’effet mental dans un tour aux apparences différentes… Cela brouille les pistes et permet aux spectateurs d’accéder à plus de profondeur et de se laisser aller totalement au show.


Déc 17 2012

Création musicale/magique

Suite à cette interview vidéo : http://www.dominiqueduvivier.com/2012/10/15/interview-video-dominique-duvivier-1ere-partie , Chakkan m’a demandé : « Choisissiez-vous EXPRES certains artistes/genres musicaux en fonction de la « couleur » magique dans laquelle vous vouliez vous trouver pour créer ? Ou bien la succession « aléatoire » des bandes guidait-elle votre inspiration ? »

 

Non en fait pas du tout. C’est intéressant comme question. Ma démarche est la suivante :  pour créer un tour, je me plonge dans l’univers musical d’un artiste qui est une bête absolue dans son domaine, car celui-ci me donne la certitude de pouvoir puiser en lui la force de sortir autre chose de moi que ce que ma propre petite personne aurait pu sortir à son habitude. Son génie me transporte ailleurs, là où je ne savais même pas moi-même que je pouvais aller, et là, j’ai une chance de créer quelque chose de nouveau. Quelque chose qui va tenir la route vraiment, peut-être à l’image de ce que mon artiste vénéré a crée lui-même dans son propre domaine, sait-on jamais ! En d’autres termes, il m’inspire, il me donne envie d’imaginer des choses folles et, autant que possible, aussi belles que celles qu’il a créées. Tu vois l’idée ? Lorsque j’enregistre une « bande » où différents morceaux s’enchaînent, TOUS les artistes sélectionnés sont des killeurs absolus à mes yeux (enfin à mes oreilles). Je me laisse guider par eux, leur magie musicale, leur trip, pour me sortir de mon « vulgus ordinarus » ambiant ! Et c’est grâce à cette hypothèse que je m’envole vers des cieux plus géniaux que moi.

 

– Y a-t-il quelques tours qui pour vous SONT la musique (autrement dit qui auraient carrément pu porter le nom du morceau auxquesl ils se rattachent ?)

 

Oui, plein  de tours. Mais le plus significatif est « L’imprimerie » ou « Printing » qui est associé au morceau « A day in life » des Beatles !

http://www.dominiqueduvivier.com/2009/01/08/limprimerie/

C’est à 100 % avec l’écoute de ce chef d’œuvre que j’ai pu imaginer mon tour (qui est à ce jour le tour que j’ai le plus vendu au monde et considéré comme faisant partie des 5 meilleures ventes mondiales dans le domaine des tours de magie). Le côté fou de toutes ces cartes qui s’impriment m’a été directement inspiré par cette chanson… C’est amusant d’imaginer d’ailleurs que, comme je l’ai appris bien après la création de mon tour, les Beatles était sous LSD quand ils l’ont composée… Dans « L’Imprimerie », les demi-cartes imprimées, la carte frottée sur le tapis… sont des effets « hors champs », si on peut dire, dans le cadre d’un tour dit de « cartes folles », mais, si on écoute attentivement le morceau des Beatles, une logique se dessine un peu plus !

 

– Une petite visite guidée de votre collection d’objets à l’époque « high tech » ?… ;o) (si vous les avez conservés)

 

Peut-être une autre fois mais j’ai tellement d’objets disséminés chez moi, que le fait d’imaginer les chercher me donne envie d’aller me coucher, tellement l’entreprise semble être un véritable parcours du combattant !


Déc 17 2012

Acteur / comédien : un mélange subtil

Nathanaël Maillard : “Vous avez souvent fait le parallèle entre votre façon de jouer vos spectacles en acteur et le jeu des Gabin-Ventura… Et vous dites donc à juste titre que vous incarnez un personnage et que vous ne parlez finalement pas de vous. Cependant, vous ne mentez pas tant que ça, puisque vous êtes acteur, notamment avec les objets que vous présentez qui vous ont réellement été légués par vos maîtres ou qui sont réellement des pièces rares (gobelets de J. Paul, le gobelet en bois plein, certains jeux de cartes…). Cela ne vous aide-t-il pas à rester un acteur et à ne pas devenir un comédien, si tant est que vous l’évitez ? »

J’aime de toute façon mélanger les deux états. Comédien/acteur. J’aime jouer avec le vrai et la fiction : j’aime que les deux notions s’imbriquent le plus possible l’une dans l’autre et que le spectateur ne puisse plus distinguer la frontière. Cela étant dit, pour que mon personnage soit crédible, je fais en sorte de me sentir le mieux possible dans le rôle que je m’écris, donc d’être au plus proche de ma propre personne, autrement dit d’être plutôt « acteur » que « comédien ». Mais si, pour les besoins de mon scénario, je dois jouer plus la comédie, voire créer un personnage complet, je n’hésite pas. Disons simplement que je me sens plus à l’aise dans un rôle d’acteur, que de comédien. C’est plus sécurisant pour moi.

Tu as raison de parler de mes objets, qui font partie intégrante de mes personnages de scène. J’aime dénicher des objets que je côtoie dans ma vie de tous les jours et leur donner une raison de jouer avec moi sur scène. J’aime pouvoir prolonger ma vie ordinaire avec ma vie extraordinaire, sur scène. J’aime pouvoir ne plus trop savoir moi-même qu’est-ce qui est joué et qu’est-ce qui est une tranche de ma vraie vie. Par ailleurs plus le vrai se mélange à la fiction du récit -à l’aide par exemple d’objets qui appuient ma narration- plus mon jeu sera perçu comme authentique et plus je pourrai faire « décoller » mes spectateurs avec moi. C’est ma façon de voir les choses.


Déc 10 2012

Le CIFFAM : une expérience quasi mystique…

Il y a bientôt un mois, j’étais à Mâcon pour quelques jours de Master Class. D’un côté des stagiaires/passionnés/professionnels/amateurs éclairés et de l’autre quatre Masters : voici la règle du jeu mise en place par Stefan Leyshon et Katell Sevestre, les organisateurs du CIFAMM (Centre International de Formation aux Arts Magiques de Mâcon).
Max Maven, Paul Daniels, Jos Houben, Dominique Duvivier

La cuvée des Masters 2012 pour le CIFAMM était : Paul Daniels, Jos Houben, Max Maven et votre serviteur, Gaëtan Bloom étant venu pour le plaisir cette fois (ayant participé comme Master pour les deux années précédentes).

De l’expérience est demandée pour les Masters et de l’assiduité pour les membres de cette sorte de « confrérie » improvisée, dans un espace-temps qui ne dure que quatre jours… ou toute une vie !?

Une ambiance vraiment particulière se crée dans cet endroit, qui pourtant pourrait se trouver un peu n’importe où dans le monde, car c’est bien la « formule magique » de Stefan et Katell qui fabrique cela : on réunit des gens passionnés, avec comme simple mot d’ordre : l’échange. Et ça donne la magie du CIFAMM.

Ça m’a rappelé un peu le « Mayette Days » qu’on avait organisé avec mon équipe en 1995 et c’est bon signe ! Tiens, d’ailleurs, il y avait Bloom et Maven présents pour cet événement, tout comme au CIFAMM de cette année… coïncidence ?!

Autant vous dire que le rythme était soutenu pour ces quatre jours d’étude à  Mâcon… un rythme quasi capucin/trappiste/bénédictin ! On était sur le pont dès 8 heures du matin et on finissait vers 1h ou 2 du matin de la même journée et cela chaque jour. Magie, magie, magie… Un sacerdoce en fait ! On était tous un peu fous et ça fait du bien.

La bouffe, plus qu’approximative à base de canard à chaque repas, entrecoupé de terrine de volaille/poisson/légumes semblait un peu nous transporter dans l’univers des hôpitaux réputés pour ses bons petits plats… Hé hé hé… Enfin, bon, c’était peut-être histoire de se concentrer davantage sur le travail !!! C’est sûr que, grâce à la bouffe, on ne pouvait QUE se réjouir de se remettre vite à la magie ! Lol.

Mais l’alchimie a pris des proportions incroyables. Je me demande si Katell et Stefan se sont rendus compte de ce qu’ils étaient en train de créer…

Si des lecteurs présents à cette manifestation veulent prendre le relais ce serait top, et ensuite on continuera d’échanger sur le sujet ?!

Découvrez plus de photos en cliquant sur cet album : https://picasaweb.google.com/lh/sredir?uname=100771527964695856948&target=ALBUM&id=5813420438889100769&authkey=Gv1sRgCJnv1az6g-GKbw&feat=email