«

»

Sep 18 2017

MAGIPHAGEUH N°62 : Ce que le public attend et ce que le magicien lui donne

Nos rêves d’artistes-magiciens devraient toujours correspondre à ceux des spectateurs, car au départ nous sommes tous des spectateurs ! Nous sommes tous des êtres humains, avec ce même besoin de rêve, de partage, de communion… A nous donc, magiciens, de savoir rester suffisamment « frais » pour ne jamais oublier notre imaginaire de spectateur « normal » et, du coup, savoir donner ce que le spectateur a envie de recevoir. Si ce n’est plus le cas, c’est que nous avons emprunté des voies artificielles qui nous ont éloignés des chemins naturels et notre magie perdra en impact sur les spectateurs. Les meilleurs tours sont toujours ceux qui entrent dans l’inconscient collectif. Notre travail de magicien est de fabriquer des rêves à la portée de vie du spectateur. Que nous passions par des procédés techniques magiques n’a pas vraiment d’importance. Le principal, c’est d’être en phase avec la réalité de l’imagination du moment. Il faut dire que le magicien est malheureusement souvent victime de la discipline qu’il a choisie. Il se laisse séduire par l’apparente facilité qui consiste à « impressionner » avec de simples effets techniques, au détriment de la recherche de l’étincelle véritablement magique qui peut naître dans les yeux des spectateurs dès lors qu’on travaille dans le bon sens… Pas facile de continuer à discerner ce qui se passe à l’intérieur de l’esprit du public qui observe, tout en travaillant d’arrache-pied pour parfaire ses techniques magiques ! N’ayant pas vraiment le droit à l’erreur quand on se dit magicien, l’entraînement devient vite un sacerdoce infernal et à force de travailler seul ou avec des confrères, on a tendance à perdre en cours de route le chemin même de la magie… C’est ainsi, qu’au troisième millénaire (tout de même !), on continue de voir des tours de magie qui semblent avoir plus de 200 ans dans leur écriture, dans leur approche…. Pour résumer, il y a un paquet de magiciens qui s’y croient à mort, quoi ! Étonner un spectateur, ce n’est pas difficile. Le faire rêver, c’est une autre histoire.

2 commentaires

  1. Andy Scott

    Bonjour Cher Dominique,

    Comme d’accoutumée, concis, direct, sans ambages, efficace, dans le Mille !
    Toujours un plaisir de lire ces brèves MAGIPHAGEUH.

    Respectueusement
    Andy Scott

  2. Robveille

    Je suis tout a fait d accord avec toi Dominique ! C est justement pour ça que j ai choisis de devenir magicien et j adore toujours autant voir le regard étonné et stupéfait de mes spectateurs. Je me dis alors que j ai réussi mon objectif de les faire rêver. J espère ne pas finir par tomber dans le cercle infernal de toujours faire mieux moi aussi. Promis je ne m écarterai de notre objectif commun a tous les magiciens. Faire rêver.
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *