«

»

Mai 15 2017

MAGIPHAGEUH N°59 : LES SPECTATEURS

Je considère que l’ambition d’une prestation magique, doit être vraiment de bouleverser le public. Ni plus ni moins. Epater un peu la galerie sur un coin de bar ou de table, c’est loin d’être assez. Non, avec un tour de magie – et qui plus est un spectacle – il doit y avoir un avant et un après. Cela doit être une sorte de révolution ! Souvenez-vous de l’émerveillement brut de ces tours qui ont changé votre vie ! Voilà ce qu’il faut chercher à obtenir dans les yeux de vos spectateurs…

Pour aller dans ce sens, une importance particulière doit être accordée au fait de savoir communiquer avec le public.

Pour commencer pensez à écrire votre spectacle ou votre numéro dans l’optique de le rendre interactif. C’est la meilleure façon de communiquer/communier avec votre public. C’est aussi la méthode la plus accessible. N’oubliez pas que dans une discussion, en dehors même du contexte d’un spectacle, on a tendance à se mimétiser vis-à-vis de notre interlocuteur lorsque celui-ci est brillant ou fascinant. La façon d’être de notre interlocuteur influe bien sûr sur notre propre façon de réagir et de faire avancer la discussion : si notre interlocuteur est éloquent, nous allons saisir la balle  au bond à certains moments, relever une expression, ou une bévue, que sais-je ! Pour qu’un spectacle soit vivant, cela se passe de la même façon. Dans l’écriture de votre prestation, vous devez donc prévoir de faire réagir votre public, de lui faire vivre l’action avec vous, de le faire pétiller au moins autant que vous-même ! Je précise tout cela car on imagine toujours qu’un spectacle totalement écrit manquera justement d’interactivité et qu’il s’agira d’une sorte d’autoroute immuable. Eh bien non ! L’écriture de votre numéro doit permettre à celui-ci de respirer suffisamment en dehors de lui-même, pour laisser précisément la place à l’improvisation ! C’est bien grâce au fait que votre numéro sera entièrement et parfaitement écrit, que vous allez pouvoir dépasser l’aspect technique pour COMMUNIQUER avec le public. C’est grâce à l’écriture que votre show pourra lui-même devenir une sorte d’être humain à son tour. Pour moi un spectacle EST une personne vivante à part entière qui vit des choses nouvelles à chaque fois qu’on le/la sort de sa boîte ! Suivez-vous mon cheminement ?

A partir de ce protocole quasi naturel (devenu naturel quoi !), il faut ensuite se fondre autant que possible avec votre public. Vous devenez une sorte de récepteur de tranches de vie puis de diffuseur de celles-ci auprès des autres. Vous êtes un passeur. Tout ce que vous pourrez saisir est bon à prendre. A vous donc de faire attention à tout (situations, réactions, attitudes…) et ensuite de faire le tri selon l’évolution du spectacle… Pas facile me direz-vous ! Oui, c’est vrai. Mais si vous vous entraînez encore et encore (devant de VRAIS publics) et surtout si votre amour du public est sincère, alors vous y arriverez. Cette sincérité est très importante : le public sent tout et très vite. Si vous êtes sur scène pour de mauvaises raisons (par exemple vous faire mousser dans un trip égocentrique), le public le saura en quelques secondes. Si, par contre, vous êtes humblement sur scène sans autre but que celui de jouer avec lui et de lui donner un peu de bonheur, cela se passera bien.

Un des grands défauts des magiciens en général est de ne pas se mettre à la place du public : le magicien est souvent tellement centré sur lui-même qu’il oublie que la magie n’est pas dans ses mains, mais dans l’esprit du public. Bref, pensez toujours à ce que le public perçoit LUI. C’est passionnant d’analyser ses réactions qui sont le reflet de ses peurs vis-à-vis du lâcher prise… Il faut dire que la tâche du magicien est particulièrement ardue : il doit savoir cueillir les spectateurs sans qu’ils s’en aperçoivent. Il doit les faire venir à lui sans le leur dire. Il doit leur faire comprendre qu’il serait bon, pour eux, de s’abandonner au spectacle, car le but du spectacle n’est que de leur apporter de la joie et du plaisir. Pas simple pour un spectateur de lâcher ses convictions et c’est une des problématiques de notre art. Au cinéma nous n’avons pas besoin de nous dire que ce que l’on voit est fictif pour « goûter » le plaisir de la salle obscure… Tout le monde sait qu’il s’agit d’une illusion, mais tout le monde embarque gaiement. C’est acquis, c’est normal : au cinéma on accepte totalement le principe de vivre un moment qui est « faux », mais qui nous procure tout un tas de sentiments plus « vrais » que nature. En magie, il faut signer quelques protocoles virtuels avant que le spectateur ne s’abandonne réellement. Pourtant le principe est exactement le même ! On sait bien que le magicien n’est pas un vrai magicien, mais sa magie nous bouleverse réellement.

 

2 commentaires

  1. cavaflar

    Une belle leçon de magie doublée d’une philosophie de vie, j »adore….!
    Du grain à moudre…!
    Merci
    Amitiés
    Cavaflar

    1. Dominique Duvivier

      Merci Pierre. A bientôt
      Amitiés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *