«

»

Avr 10 2017

MAGIPHAGEUH N°58 : LE GRAIN DE RIZ SUR L’ECHIQUIER

Il y a un principe que je trouve très utile d’appliquer à la magie : celui du grain de riz sur l’échiquier. Je vous rappelle déjà la légende bien connue (telle qu’on peut la trouver sur internet) qui se situe 3000 ans av. J.C. :

Le roi Belkib (Indes) promit une récompense fabuleuse à qui lui proposerait une distraction qui le satisferait. Lorsque le sage Sissa lui présenta le jeu d’échecs, le souverain, demanda à Sissa ce que celui-ci souhaitait en échange de ce cadeau extraordinaire. Sissa demanda au prince de déposer un grain de riz sur la première case, deux sur la deuxième, quatre sur la troisième, et ainsi de suite pour remplir l’échiquier en doublant la quantité de grains à chaque case. Le prince accorda immédiatement cette récompense sans se douter de ce qui allait suivre. Son conseiller lui expliqua qu’il venait de précipiter le royaume dans la ruine car les récoltes de l’année ne suffiraient pas à payer Sissa.

 

En partant de cette idée, je suis arrivé à la conclusion que si on multipliait les mouvements, les astuces, les effets… dans un tour de magie (je me suis arrêté à 7), on était assuré que personne au monde ne pourrait reconstruire le tour inventé. Je travaille depuis trente ans dans ce sens : il n’y a jamais moins de 7 éléments dans mes tours. C’est ma marque de fabrique qui me permet d’éliminer le stress et d’aborder mes prestations plus sereinement.

Pourquoi 7 pensez-vous ? Un spectateur profane ou initié ne peut retenir plus de deux choses en même temps. Si nos mouvements secrets, techniques employées, j’en passe et d’autres sont plus importants que le chiffre 2, nous avons assez de chances pour croire que ces publics ne verront pas, ni soupçonneront où nous voulons en venir. Mais ce chiffre 2 peut aisément devenir sujet à controverse… alors au lieu d’avoir 2 temps d’avance j’en construis 7 ! Là, je suis définitivement tranquille. Personne ne pourra me prendre la main dans le sac. Souvent un magicien est content s’il possède un ou deux temps d’avance… moi, j’essaie de multiplier ces temps pas seulement au niveau du tour, mais également au niveau du spectacle dans son ensemble. J’arrive ainsi à une cinquantaine de temps d’avance sur la durée complète de mon spectacle… Tout s’enchaîne, s’interpénètre, s’imbrique comme un puzzle gigantesque. A partir de cet instant, toute mon angoisse disparaît et je peux affronter mon public en toute quiétude.

2 commentaires

  1. BOUCHER Jean Luc

    Quel beau chiffre que le 7, ou plutôt quel beau Nombre que le 7, car dans le monde que je côtoie 3 fois par mois ont dit Nombre car tous les chiffres sont symboliquement des Nombres sacrés.

    PS: Galaad est mon nom de scène, et de l’Association « Magie 13 » aux Pennes Mirabeau prés d’Aix en Provence

  2. Niels

    J’aime cette approche. Je vous avez déjà entendu parler de ce chiffre 7, les 7 temps d’avances. J’avais bien conscience que cette structure permettait d’aller ou vous vouliez sans que personne ne puisse « voir venir ». Par contre je n’avais pas à l’esprit le fait que cela vous permet d’être serein face au public et c’est ça que j’aime.

    Cela révèle une vrai confiance dans vos routines. Confiance que vous vous offrez grâce à cette habile construction.

    Merci pour ce petit retour d’expérience.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *