«

»

Fév 08 2016

MAGIPHAGEUH N°49 : une vie réussie

Dominique DUVIVIERSouvent un magicien poursuit avec la magie une sorte de réussite intérieure inconsciente dont le rêve s’est installé très tôt dans sa vie. Un parent, un spectacle, une émission de télé, une image furtive et voilà, la magie est entrée pour toujours dans sa vie… A ce propos voici une maxime d’un auteur célèbre :

« Une vie réussie, c’est des rêves d’enfant réalisés. » Lamartine

Rester un enfant quelque part jusqu’au bout de sa vie, permet de saisir au vol ce que le public attend de vous en tant qu’artiste : lui permettre de revivre la fraîcheur, la spontanéité et la sincérité d’une émotion d’enfant, sans avoir le sentiment d’en faire l’effort. Le public s’installe, se laisse bercer, se laisse aller à vous et il redevient l’enfant qui sommeillait en lui. Il goûte son plaisir et cela lui fait du bien. Le spectateur vous bénira littéralement de l’avoir touché au cœur et de l’avoir emmené dans cette dimension qu’il recherche vainement au quotidien, sans même sans apercevoir parfois !

C’est un devoir lourd de conséquences aussi, donc à nous d’apprendre à gérer le plus sérieusement du monde cette magie que l’on donne, que l’on distille dans les veines du spectateur avide ! N’oublions jamais, par exemple, que montrer sa dextérité n’a, en soi, aucun intérêt pour toucher l’âme de l’autre. Cela apporte juste un peu de plaisir, tout au plus. Et souvent ce plaisir-là reste très égocentrique. En tous les cas, jamais une démonstration de voltige magique à la « regarde-comme-je-suis-trop-balaise » ne transformera votre spectateur, ni ne sèmera cette petite graine de bonheur qui l’élèvera toute sa vie… La magie est ailleurs. La magie est au fond de nos propres rêves. Au fond de ce qu’il y a de mieux en nous. Ce n’est pas une affaire d’ego justement, car il ne s’agit pas de briller grâce à sa performance ! Non, au contraire, c’est une affaire de don de soi. C’est une sorte d’acte d’amour, dont il faut que notre ego s’extraie… Notre personne en reviendra grandie et toute nettoyée ! Et vous aurez peut-être changé le destin de quelqu’un… A méditer de toute urgence !

4 commentaires

Skip to comment form

  1. Wladimir

    Un adulte créatif est un enfant qui a survécu.
    C’est Josh Houben qui disait au stage de Macon : l’important c’est de faire ressentir au public qu’il existe. Alors que tant de magiciens essayent d’exister au travers du public.
    Oui, problème de l’ego, et oui encore pour le  » don de soi « .

  2. Bruno Noulet

    il est intéressant de noter qu’en plus de l’âme d’enfant (candeur…), ce texte nous dit aussi qu’il faut avoir l’âme d’un parent (don de soi…). merci.

  3. Sylvain

    Ce sujet tombe à pic dans un moment de ma vie (Magicalement parlant) ou je me pose bon nombre de questions et j’suis d’accord avec votre très jolies texte mais cependant voilà mes doutes sur le thème de la frustration :
    Je maîtrise parfaitement mais techniques de bases et pratique que la Magie depuis bon nombre d’années
    -> est ce qu’il faut se sentir frustré (c’est humain) par cette génération de performers ou XCM et autre jongleries est à la mode… ?

    Il y en a ils sont trop fier pour l’avouer mais moi techniquement parlant j’en suis incapable alors ressentez-vous cela par moment ? Même on le sait, l’essentiel n’est pas là !

    Amitiés

  4. habib

    tout est dit la technique au début on y attache plus d importance .jusqu’au jour ,ou j ai vu patrick droude faire passer l ‘émotion avant la technique ;et depuis les présentations et l ‘émotions font que l on arrive parfois a touché un enfants ou un collègue qui se sont mis a la magie a cause ou grace a nous modestement. ET que le chemin est long et heureusement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *