«

»

Août 10 2015

La musique comme processus créatif dans la magie de Dominique Duvivier

Bonjour à tous mes chers fidèles lecteurs !

Il y a quelques mois un étudiant en musicologie à la Sorbonne m’a envoyé un article de son cru, traitant des relations entre la musique et ma magie. Avec son accord, voici la chose !

Merci à lui et bonne lecture à tous

Dominique Duvivier

 

La musique comme processus créatif dans la magie de Dominique Duvivier

Dominique_DUVIVIER

Dominique Duvivier, illusionniste français reconnu internationalement comme l’un des meilleurs de sa génération, brillant dans le close-up (la magie de proximité), a parlé à plusieurs reprises de la relation entre magie et musique. Nous ne parlerons pas ici de musique comme accompagnement d’ambiance, mais d’éléments musicaux qui participent au processus créatif du magicien. À première vue, le lecteur se demandera quel rapport peut exister entre ces deux disciplines pourtant si différentes. Cependant, ces deux arts permettent aux artistes, à travers des objets et des instruments, d’exprimer des sentiments que seul l’art peut faire ressentir à son public. Il est reconnu que la musique est, comme nous le verrons, un véritable art de l’illusion : en effet, elle en a besoin pour permettre aux musiciens de s’exprimer pleinement. Après les écoutes des divers podcasts et lectures des articles du blog de Dominique Duvivier (www.dominiqueduvivier.com ), il m’est apparu évident que la magie a besoin de la musique comme processus créatif.

« YESTERDAY »

L’histoire de la musique nous montre de nombreux éléments qui prouvent que la musique est bel et bien un art de l’illusion. Un des premiers exemples est le figuralisme musical, sorte d’illusion pour faire entendre au public des éléments sonores naturels ou non, qui peut être trouvé dans la musique baroque. « Les quatre saisons » de Vivaldi est une mine d’or d’exemples pour ce premier élément. Dans des œuvres de compositeurs plus récents tels que Debussy ou Camille Saint-Saëns, nous retrouvons cette volonté d’imiter, ou de représenter la nature : dans le « Carnaval des animaux » par exemple. Cependant dans la musique que nous avons évoquée pour le moment, l’illusion de la nature est toujours faite selon les lois physiques qui régissent notre univers. Dans certaines œuvres, des éléments surnaturels sont représentés musicalement, principalement dans la musique pour opéra : nous pouvons retrouver des ouvertures d’enfer, par exemple. « La flûte enchantée de Mozart » en est une bonne illustration, avec la présence de nombreux éléments surnaturels.

RYTHME

Dans la magie de Dominique Duvivier, le rythme joue un rôle majeur à différentes échelles : au niveau du spectacle entier (nous retrouvons dans le spectacle « Intimiste I » la notion de « crescendo » dans les effets magiques qui rythment le show), au niveau d’une routine, dans l’enchaînement des différents effets, et, le plus intéressant je trouve, dans l’enchaînement des mouvements (l’exemple le plus frappant pour moi est la routine des Gobelets, présentée dans le DVD « From Old to new 2 », dans laquelle les mouvements et les sons des gobelets suivent une partition que nous pourrions retranscrire assez facilement). À une échelle encore plus petite et précise, au niveau des mouvements les uns par rapport aux autres. Un exemple peut être donné avec le comptage Hamman. Dans ce mouvement, le rythme joue un rôle essentiel dans la réussite de la technique. En effet, certains mouvements nécessitent un rythme quasi-métronomique à leur réussite. Le son produit par les objets (les cartes dans le cas du comptage Hamman) joue un rôle majeur dans la réussite des mouvements mais aussi d’un point vu inconscient pour le public.

INTERPRETATION

L’interprétation est le dernier élément que nous aborderons dans cet article. Depuis peu, les musicologues entreprennent des travaux de recherche sur l’interprétation historique des œuvres. C’est d’ailleurs ce qui m’intéresse le plus actuellement dans la musicologie. Cette recherche des mouvements exacts pratiqués par les premiers interprètes de la musique permet non pas seulement de recréer des interprétations fantasques dites « historiques » qui seraient presque infaisables à faire mais surtout d’éclairer les interprètes actuels sur les premières interprétations des pièces qu’ils jouent. Nous retrouvons exactement cette même démarche dans la magie de Dominique Duvivier. En effet, pour sa routine de la Salière, par exemple, pour son spectacle Intimiste II, Dominique Duvivier a observé le plus précisément possible l’interprétation de Goshman (créateur original de cette routine), l’a reproduite à l’identique pour ensuite se l’approprier du mieux possible mais en ayant connaissance des éléments essentiels de l’interprétation originale.

Pour l’écriture de cet article, je me suis inspiré de la magie que je crois connaître le mieux, que j’aime le plus, qui m’inspire le plus, celle de Dominique Duvivier. Les éléments que j’ai cités vont peut-être paraître ambitieux, voir totalement farfelus pour certains et concernant certains magiciens, mais concernant la magie de Dominique Duvivier, ils fonctionnent.

Tristan Szyszka

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *