«

»

Juin 15 2015

Mes films cultes : « L’ARNAQUE »

Voilà bien longtemps que je ne vous ai pas parlé d’un de mes films cultes !

Alors, aujourd’hui, encore un chef-d’œuvre : « L’Arnaque » ou en anglais « The Sting » réalisé par George Roy Hill et avec, dans les rôles principaux Paul Newman, Robert Redford et Robert Shaw. Sorti en 1973, ce film a remporté pas moins de sept Oscars dont celui du meilleur film. Quand vous imaginez qu’en plus, cela coïncide avec l’année de naissance de ma fille Alexandra… ce n’est que du bonheur !

L'Arnaque-affiche-du-film

Voici le petit résumé qu’on trouve sur Internet, histoire de situer l’action :
« Une bande de trois petits arnaqueurs dépouille par hasard un convoyeur de fonds d’un grand bandit de la pègre de New York : Doyle Lonnegan (Robert Shaw). Celui-ci cherche à se venger et tue Luther, un des arnaqueurs qui a participé au vol. Avant de se faire assassiner, Luther remet à Johnny Hooker (Robert Redford) la carte de visite d’un ancien grand faisan (grand arnaqueur) : Henry Gondorff (Paul Newman). Johnny se rend donc à Chicago pour rencontrer Henry. Les deux complices cherchent à monter une arnaque pour se venger de la mort de leur camarade. Ils « ferrent le pigeon » en trichant à une partie de poker, et donnent le coup de grâce avec l’arnaque du faux bookmaker et des courses de chevaux… »

 

Les deux compères tout prêts pour détrousser le pigeon…

Les deux compères tout prêts pour détrousser le pigeon…

Robert Redford qui commence à se faire métamorphoser pour devenir un voleur… de la haute sous le regard bienveillant de Newman !

Robert Redford qui commence à se faire métamorphoser pour devenir un voleur… « de la haute », sous le regard bienveillant de Paul Newman !

Les deux compères avec le pigeon (Robert Shaw)

Les deux compères avec le pigeon (Robert Shaw)

« L’Arnaque », est donc pour moi un film culte qui entre de plein droit dans mon temple de ces films que j’affectionne/adore, comme un fou ! Ils me sont indispensables à vivre ces films… C’est la raison pour laquelle je vous en parle, pour que vous sachiez ce qui nourrit votre serviteur… du moins en partie ! C’est ma très chère fille Alexandra qui m’a suggéré d’ailleurs de vous parler de mes films de chevet. Super idée pour me connaître un peu mieux si cela intéresse ! Et super idée aussi pour moi, qui adore écrire et encore écrire sur ce qui me passionne, sur ce qui me fait vibrer, sur tout ce que j’ai sur le cœur dans ma vie, si belle, si remplie, si merveilleuse !
Revenons à nos moutons : « L’Arnaque », que je viens de revoir il y a trois jours… Cette fois le prétexte fut de le faire découvrir à mon fils David. C’est une magnifique copie HD (vous vous souvenez cet ancien format de disque, supplanté juste après par le Blu-Ray ?). Fort heureusement j’ai gardé le lecteur adapté, car ces disques HD étaient vraiment de la top qualité. Enfin bref… De toute façon, pour les films de cette trempe, je fais en sorte de les avoir sur tous les supports possibles ! Ce sont plus que des diamants pour moi !
Dans ce film, superbement interprété, savez-vous qu’en plus c’est le magicien John Scarne en personne qui double les mains de Paul Newman pour la scène du train ? (lorsqu’il s’entraîne pour montrer à Robert Redford qu’il touche pas mal avec des cartes…) Son toucher est un bonheur pour les yeux et pour tous les magiciens qui se respectent encore un peu dans ce bas monde !
L’image, le son, la musique, les costumes, tout est parfait dans ce film. L’intrigue est hallucinante et, pour une des premières fois au cinéma, le scénario est construit de telle façon que le spectateur vit l’arnaque exactement en même temps que les protagonistes : on se fait avoir au même moment ! C’est assez génial. C’est le genre de film qu’on oublie jamais : le twist final est si fort qu’on est marqué à vie. On ne peut jamais revoir ce film en ayant oublié la fin. Impossible. Mais, comme c’est du grand cinéma, on aime voir et revoir l’intelligence de cette histoire machiavélique et comprendre à chaque nouveau visionnage toutes les subtilités dont elle regorge. On est subjugué à chaque fois. Tout est jouissif… Même les « méchants » sont attachants ! Le boiteux par exemple (Robert Shaw) est le pire des voleurs, mais se fait berner comme un enfant par la bande à Gondorff (Paul Newman)… J’adore. Ce film m’a permis d’inventer des dizaines de tours/routines/lines/situations/personnages… Parce qu’il m’a permis d’oublier tout ce qui est conventionnel. Parce que lorsqu’il est sorti, ce film a bousculé beaucoup de normes d’écritures. Et, aujourd’hui, « L’Arnaque » reste un bain de jouvence mental pour moi. Je m’y replonge à chaque fois corps et âme, avec la même fraîcheur ! Vous m’en direz des nouvelles…

2 commentaires

  1. Gerard

    Chef d’Œuvre absolu !!!

  2. cavaflar

    Je l’ai QU’EN VHS…..(j’ai aussi gardé le lecteur)….mais je vais me le refaire tiens…. car j’ai oublié la fin…enfin j’ai les grandes lignes mais je vais me refaire les subtilités.
    Merci du partage.
    Amitiés
    Cavaflar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *