«

»

Avr 06 2015

La recherche de votre personnage

Dominique DuvivierSi vous me connaissez un peu, vous devez savoir toute l’importance que j’attache au travail d’écriture d’un spectacle de magie : notamment le travail du scénario, de la mise en scène, la recherche de l’équilibre entre les différentes familles d’effets magiques, mais aussi le travail du personnage que vous jouez sur scène. Votre personnage… voici l’objet de ma chronique du jour !

Tout d’abord, j’insiste sur le fait qu’il est pour moi essentiel de comprendre que le magicien joue un rôle de fiction. Un magicien qui ne joue pas sur le terrain du « jeu d’acteur » et qui ne compte que sur ses effets magiques purs pour tenir son public, n’ira pas bien loin… Encore plus de nos jours où le public commence enfin à être un peu éduqué vis-à-vis des attentes que l’on peut avoir d’un spectacle de magie ! Pendant de longues années, la simple apparition d’un lapin dans un chapeau et l’on criait au génie ! Aujourd’hui la magie, Dieu merci, a suffisamment évolué pour que l’aspect « théâtralisé » joue tout autant son rôle que l’aspect purement visuel et technique des effets magiques.

Pour autant un magicien n’est pas qu’un simple acteur. C’est un artiste, tout simplement ! Le magicien, comme l’artiste-musicien ou l’artiste-peintre, joue une composition à l’aide de son instrument favori : en l’occurrence, la magie. Le magicien ne doit jamais perdre de vue qu’il doit utiliser la magie comme un moyen d’expression et non comme une fin en soi, si tant est qu’il veuille donner à la magie ses lettres de noblesse ! Donc, dans le travail d’écriture de votre spectacle et lorsque vous construisez votre personnage, surtout n’oubliez jamais ce principe essentiel qui est la véritable clé d’un bon tour/spectacle de magie. Dans des domaines plus ancrés dans l’inconscient collectif comme la peinture par exemple, il ne viendrait pas à l’idée d’un peintre de créer aujourd’hui une œuvre juste pour montrer qu’il peint « bien ». Il est acquis qu’il peint dans le but de s’exprimer ! Il doit en être de même pour la magie et il faut se battre pour ne jamais se départir de ce postulat. Chaque phase d’écriture doit s’accompagner du même questionnement : qu’est-ce que ce tour ? Que me dit-il, à part étonner mon prochain/consentant ? Comment partager la puissance de ce tour avec mon prochain ? Comment inviter le public dans mon monde et qu’il s’y plaise ?

Maintenant que les bases sont bien claires, revenons à la construction de votre personnage.

Pour ce qui me concerne, on peut imaginer à première vue que je joue toujours plus ou moins le même rôle. Que nenni ! Bien sûr, je suis plutôt un acteur qu’un comédien. C’est-à-dire que je ne cherche pas à me transformer du tout au tout pour le besoin d’un spectacle. A la différence d’un comédien, un acteur interprète des rôles qui lui ressemblent plus ou moins et qui collent à sa stature naturelle (pour prendre un exemple simpliste, je considère De Niro comme un comédien et Ventura comme un acteur). Mais, en tant qu’acteur, j’effectue un vrai travail de recherche et de construction de mon personnage à chaque fois que j’écris un nouveau style de spectacle. Pour mes spectacles de la série « Intimiste », j’ai joué un personnage bien différent de celui que j’ai par exemple créé pour mon spectacle en duo avec ma fille Alexandra « De très près », dans lequel j’ai pu jouer sur des registres plus étendus… tout en restant moi-même ! Quand je travaille à l’écriture d’un nouveau personnage, j’essaie donc de me transposer pour créer un être parallèle à ce que je suis, mais qui possède assez de couleurs différentes pour devenir un vrai rôle de composition (relatif certes, mais quand même !). Ainsi, d’un spectacle à l’autre, mes différents rôles se ressemblent, mais restent de la fiction.

Pendant la phase d’écriture, je m’applique patiemment à trouver mille et un détails pour enrichir mon jeu et le rendre crédible, lui donner de l’ampleur, de la vie ! Je donne toutes les armes nécessaires à mon personnage pour qu’il existe pleinement, pour qu’il soit plus vrai que nature, pour que son aventure touche le public… C’est la clé pour embarquer tout le monde avec moi ! Il faut que les spectateurs puissent s’identifier ou puissent associer les détails que je vais leur donner avec leur propre « aventure de la vie ».

Mais attention ! De la même façon qu’un effet magique ne doit pas être pris comme une fin en soi, un personnage ne doit pas exister pour le simple bonheur de le jouer : il doit y avoir une cohérence continue entre le jeu d’acteur et les effets magiques réalisés. Pour que l’équilibre soit bon, il faut travailler la mise en scène, trouver une bonne colonne vertébrale à votre spectacle, ainsi qu’un ou plusieurs bon(s ) fil(s) rouge(s). Mais là, c’est un autre sujet !

2 commentaires

  1. Thomas FERRIEZ

    Merci encore pour ces précieux conseils.

    En effet à chaque fois que je vous vois dans un spectacle ou sur un dvd, il y à la signature Duvivier ou on se dit vraiment : aaaah ça c’est du Dominique Duvivier et pourtout j’ai l’impression chaque fois de voir quelque chose de différent, de nouveau.

    J’adore vos mises en scènes qui donne vraiment l’impression que rien n’est écrit, et que tout sort de votre bouche comme ça au feeling. C’est très impressionnant.

    La magie a beaucoup de chance de vous avoir, et tout les magiciens du monde aussi.

    Amicalement,

    Thomas FERRIEZ

    PS : Je me suis procuré le MDW ;) une merveille !!

  2. Alex

    Un jour Hugues Protat que j’avais involontairement plié de rire, me dit que j’avais un talent comique. Moi, comique? On m’a toujours dit que je suis le type le plus chiant du monde. Jouer les romantiques, oui. Mais qu’est-ce qui fait rire?
    Du coup, j’essaie demain devant 300 personnes, si je me plante, cela ne sera pas drôle?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *