«

»

Mar 23 2015

Vrai ou faux ?

Dans une interview d’Umberto Eco (que je kiffe !), j’ai relevé deux citations… Cela devrait vous plaire !

Umberto Eco

« Dans mon essai, la question « pourquoi on pleure sur les personnages romanesques même si on sait qu’ils sont fictifs ? » me sert à m’interroger sur le statut ontologique des personnages romanesques, sur leur « vérité ». Et j’en suis arrivé à la conclusion que, dans le monde de la fiction, nous avons des certitudes (il est absolument vrai qu’Anne Karenine a commis un suicide) qui nous manquent dans la vie réelle (il est simplement probable que Napoléon soit mort le 5 mai 1821, et de nouveaux documents pourraient après tout nous prouver qu’il n’est pas mort ce jour-là). La vérité absolue, c’est la vérité romanesque : le pape et le dalaï-lama peuvent discuter longtemps pour savoir si Jésus-Christ était vraiment le fils de Dieu, mais tous les deux doivent agréer que Superman était Clark Kent – et il le sera à jamais. » 

J’adore !! Pour aller dans le sens de ce que dit Umberto Eco, je me remémore une situation habituelle pour moi et que j’affectionne tant :

Ce soir je décide de me lancer : je vais jouer en public un tour que je viens d’inventer. J’aime prendre ce genre de risque pour voir au plus vite si l’impact de mon nouveau « hit » sera à la hauteur de mes espérances ! La mayonnaise va-t-elle prendre ou pas ?

Ça y est, je suis sur scène. C’est le bonheur, je sens le public frémir. Je le transporte dans mon univers, un univers de fou, encore une fois… Je le sens partir avec moi, je vois que je ne me suis pas planté, je suis heureux. J’entends tous ces petits cris, ces rires, toutes ces petites réactions que j’avais prévues dans mon scenario et… qui sont bien là ! Et puis bien sûr aussi toutes les réactions que je n’avais pas prévues et qui me mettent en joie ! Je prends deux secondes pour analyser cette situation aussi folle qu’envoûtante : juste un paquet de cartes qui vient de faire hurler mon voisin de droite, provoquer un rire nerveux très sonore au centre de la salle et pétrifier tous les autres !  Ceux-là ont réussi à ne pas « craquer » comme les deux premiers, mais ils ont succombé autrement… Tout ce qu’on vient de vivre n’est pourtant pas vrai du tout et rien ne peut réellement justifier l’ambiance de feu qui règne ici… C’est étrange si on réfléchit : tous viennent de vivre des effets réels et d’avoir des réactions plus que réelles et pourtant… tout était faux ! Alors qu’est-ce qui est vrai ou faux ? Je viens d’imprimer dans la mémoire de mon public des faits réels/faux/mais vrais ! Que va-t-il rester dans les mémoires de ces personnes dans quelques heures, semaines, années ? : une expérience réelle comme n’importe quel autre acte de la vie de tous les jours. Je viens donc de changer le réel et de transformer en partie la réalité par de nouvelles données… et le fait d’avoir construit cet imaginaire nouveau permettra à mes contemporains de construire et d’imaginer à leur tour des choses nouvelles ! J’ai donc le sentiment de contribuer à ouvrir l’esprit de mon public, , alors je suis heureux de vivre car c’était mon but dans la vie : faire rêver l’autre pour rêver mieux moi-même !

L’interview d’Umberto Eco continue :

« Et Avez-vous un conseil à nous donner pour affronter l’époque ?

–          Je crois qu’il faut pratiquer, comme disait Gramsci, le pessimisme de la raison et l’optimisme de la volonté. »

Waouh ! Les mots parfaits pour décrire ce que je poursuis jour après jour, nuit après nuit. Oui, une quête de chaque instant, car une fois par jour ne suffit pas pour se sentir heureux dans notre vie pleine d’embûches en tous genres ! Optimiste en toutes circonstances. J’aime cela !

6 commentaires

Skip to comment form

  1. Ferriez Thomas

    Toujours un plaisir de vous lire.

    Je me permet de vous poser une question cher Dominique.

    Croyez vous en Dieu ?

    1. Dominique Duvivier

      Merci pour votre message.
      Je répondrai à votre message dans une prochaine parution sur mon blog !
      Amitiés

      1. Ferriez

        J’attend cela avec impatiente.

        Merci de votre précieuse reponse.

  2. cavaflar

    Merci, encore et encore pour le Réel de ta Magie, le sûre Plus de Culture de ce Blog….J’ai appris un nouveau mot aujourd’hui…..Ontologie..Incroyable lorsque j’y pense vu ma formation LOL.
    Merci de m’ (nous ?) obliger à regarder plus loin que les mots !
    Le pessimiste de la Raison et l’Optimiste de la volonté….warf, c’est pas limpide…j’ai l’impression d’être dans un couloir avec pour l’instant toutes les portes fermées, je pressens qu’il y a quelque de fort la dessous…j’ai plus qu’à les ouvrir :-))
    Respect ….!
    Pour paraphraser Machin à propos de Mozart:

    « Après la Magie de Duvivier, la Magie est encore de Duvivier  »

    Amitiés
    Cavaflar

  3. Sacha Koupri

    Ce billet me rappelle « F for Fake » de O. Welles ainsi que le paradoxe du menteur. Tel que je comprends Umberto Eco, il explique que le langage est un mensonge, il est faux de base, mais via lequel on peut formuler des vérités (mais qui sont fondamentalement fausses). C’est très pessimiste sur notre condition non?..
    D’où son pessimisme de la raison – le langage rationalise mais il n’y arrive qu’en créant un mensonge que nous sommes forcés d’accepter – et son optimisme de la volonté – son être dont le devoir est de croire en la victoire contre ces difficultés imposées, car si l’on est défaitiste à quoi bon… –
    Sympa de partager vos pensées sur le sujet! En effet, le spectateur ne peut qu’aller de l’avant en comprenant qu’il y a une réalité au-delà de ce qui est vrai et faux. Peut-être une réalité plus abstraite et poétique???
    KS

  4. cavaflar

    Merci KS, c’est beaucoup plus clair pour moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *