«

»

Oct 06 2014

Magiphageuh n°42 « En forme pour le spectacle ? »

Dominique-Duvivier« En forme pour le spectacle ? ». Question toujours très sympathique qu’on me pose souvent, voire de plus en plus au fil des décennies qui passent et fabriquent des cheveux blancs au passage…

Décortiquons les possibilités de cette demande. On se soucie de ma santé ? Ou bien est-ce une manière de dire un « Bonjour » convenu à l’artiste, car on ne sait pas trop quoi lui dire pour rompre la glace ? Ou bien on demande si un  artiste ( quel qu’il soit et sans âge particulier) se sent bien avant d’affronter le public ? En somme, une façon un peu sarcastique de demander : « Alors, prêt à entrer dans la fosse aux lions ? ». Ben ouais, tout le monde se doute qu’il n’est pas facile de se lancer dans un spectacle… Alors quelle question quand on y pense !! Du côté de l’artiste, si l’on n’est pas rompu à ce genre d’exercice, le fait qu’un spectateur puisse vous demander si  «Tout va bien ?! » juste avant un spectacle, peut créer chez vous un vent de panique important… Et vous pouvez sincèrement vous demander si ce fâcheux spectateur n’est pas carrément mal intentionné !

En fait, quand on m’a posé ce genre de question la première fois, je me suis dit qu’il faudrait que j’écrive un papier d’humeur sur le sujet. Mais le temps passe trop vite et j’ai tellement de choses à dire que j’ai un peu laissé de côté le sujet. Mais là ça y est, je m’y mets enfin !

A moins d’être fou ou en passe de l’être, qu’un début de sénilité vous ait envahi ou que l’inconscience de votre ego vous ait aveuglé une fois de trop, on ne doit JAMAIS se présenter en public sans être armé jusqu’aux dents (métaphore plaisante pour décrire la situation). Certains confrères, remplis de « Bisounourseries », veulent penser que le public n’est hostile en aucune façon envers le magicien. Moi, j’assume tout à fait le fait que de se lancer dans un spectacle de magie d’une heure et des poussières, c’est partir en combat ! Un combat avec une belle finalité certes, mais un vrai combat quand-même, pour lequel il faut être surentraîné. Si nous sommes conscients du challenge qui nous est imposé, le public peut être ensuite considéré comme charmant voire adorable, pas de problème ! Mais, quand on est magicien et particulièrement en France où le public est très cartésien et donc très méfiant, il faut être préparé à un sacré travail pour lui permettre de s’évader, d’abandonner ses doutes quelques instants, pour l’emmener avec nous vers des chemins de rêve…  Il faut être prêt à donner toute l’énergie nécessaire pour combattre ses réticences, car il sera comme un cheval sauvage qui ne demande certainement qu’à être dressé, mais qui, en attendant de ressentir le plaisir de courir avec vous sur son dos, se débat tout ce qu’il peut ! Le public attend de nous que nous soyons parfaits… Pas seulement de bons prestidigitateurs qui manipulent bien ses cartes. Non, des artistes parfaits. Le spectateur veut voir quelque chose qui a du sens, comme on dit aujourd’hui. Il a envie de voir une personne qui fait de la magie pour exprimer autre chose que son tour de magie ! Sinon les magiciens continueront d’être ces passagers de la télé qui font des tours et qui ne marquent personne véritablement… Alors… « En forme pour le spectacle ? »

2 commentaires

  1. Laurent

    Bonjour Dominique,
    Le hasard c’est bien vous! Ce samedi je me suis présenté pour la première fois devant un public, avec quelques unes de vos merveilles. J’avais préparé l’affaire avec le peu de temps que j’avais mais avec l’envie de faire ce que vous décrivez si bien. Je confirme que c’est partir en combat. Et il faut être armé jusqu’aux dents. J’y suis allé parce qu’il faut bien une première et j’ai beaucoup appris. J’ai fait des tours de magie mais je n’ai pas eu le sentiment d’avoir fait de la magie. Au final pour être en forme il faut travailler travailler et retourner au combat retourner au combat.
    Merci à vous,

  2. Alex

    Oui, mes anciens me répètent tous qu’il faut répéter et répéter avant de se présenter devant un public.
    Autre chose, il faut croire en ce qu’on fait. Être sur qu’on maîtrise. Je me suis lancé dans un numéro que je croyais maîtriser. A tort. Bonjour, la cata. Trac impossible à maitriser, mains moites (pratique pour la manipulation), bref la honte.

    Une demi-heure plus tard, je présente au même endroit un autre numéro (visible sur mon site). Technique beaucoup plus simple. Mes amis professionnels m’ont tous dit que j’y suis « bon ».

    Mais Dominique, vous êtes un grand pro. Je suis persuadé que vous savez gérer tout cela. Je ne suis qu’un débutant.

    On m’a dit que si on a plus le trac, il faut prendre sa retraite; alors s’il vous plait; continuez!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *