«

»

Fév 10 2014

Interview Dominique Duvivier : 6ème et dernière partie

Interview réalisée en 2005 par Lionel, dit « Le Marquis »

 

Lionel : On voit, depuis quelque temps, arriver une nouvelle génération de magiciens. Comment percevez-vous cette « nouvelle vague » ?Dominique Duvivier

 

Dominique : Cela dépend. Il y a presque une histoire par personne dans ce que tu appelles « nouvelle vague ». Mais, si on veut globaliser, ce qui n’est pas forcément une bonne attitude, je vois de jeunes magiciens qui ont un certain talent, voire beaucoup de talent pour quelques uns d’entre eux et  qui essayent d’éclater de la même façon que nous tentions, à notre époque d’éclater. Tout cela est fort logique et tout à fait normal.

Par contre, ce que je reproche à certains, et je dis bien certains, c’est de ne pas forcément avoir l’humilité qui s’impose. Il serait bon qu’ils comprennent que ce n’est pas parce que l’on a une cinquantaine d’années que l’on est forcément fini.

En même temps, ils sont victimes de l’ère du temps qui veut que dépasser quarante ans, quelque soit le domaine, tu es considéré comme un vieux.

Être considéré comme vieux n’est pas un problème en soi, par contre, ce qui devient gênant, c’est de devenir par la même occasion inexistant.

Ces gens là, et je me permets de m’inclure dans le lot, ont quand même, en plus de leur talent, la force de l’expérience. Globalement, ils ont eu les mêmes préoccupations que ceux qui tentent de percer aujourd’hui. Ils ont donc, peut-être, des choses à raconter.

S’il y a une chose qui nous rassemble, moi et tous ceux qui ont débuté à peu près en même temps que moi, c’est le respect que nous avions envers nos pairs plus anciens. La dessus, j’ai l’impression que nous étions irréprochables. Il ne nous aurait jamais traversé l’esprit d’être aussi dédaigneux vis-à-vis d’eux que certains jeunes aujourd’hui vis-à-vis de nous. Enfin, il me semble.

En tout cas une chose est certaine, pour ma part, je n’ai pas du tout l’impression d’être fini et je crois pouvoir dire que le succès de mes spectacles le prouve. Il y a même un de ces « jeunes » qui m’a avoué éviter de venir me voir en spectacle car cela lui donnait le bourdon. Il se sentait mal après m’avoir vu tellement il trouvait ça fort, et ça le démotivait. Je t’assure que ce que je dis est véridique. S’il lit cette interview, il se reconnaîtra. Inutile de me poser la question, je ne citerais pas son nom (rire).

Voilà, tout cela risque de paraître à la limite de l’aigreur alors que ce n’est que l’expression d’une certaine réalité ressentie. Je dis certaine car, heureusement, ils ne sont pas tous comme ça. Si je résume ma pensée, tout le monde doit avoir sa place, jeunes comme plus anciens et le respect doit être mutuel.

 

Lionel : Jeunes, moins jeunes, peu importe, mais quels sont les magiciens que vous conseillez ? Quels sont ceux qui, selon vous, sont incontournables ?

 

Dominique : Il y a l’évidence absolue, c’est à dire, Ricky Jay. Raté une occasion de le voir à l’œuvre est proche de l’acte hérétique selon moi. Que ce soit en live ou en vidéo.

C’est un vieux, je te l’accorde (rire). Mais non seulement il n’a pas dit tout ce qu’il avait à dire mais si on écoute ce qu’il a déjà dit, on avancera dans le bon sens à mon avis.

Il y a aussi des gens comme David Blaine. On peut ne pas l’apprécier mais son apport a quelque chose de tout à fait novateur dans le monde de la magie. On ne peut pas et ne doit pas ignorer ces apports même si cela ne correspond pas vraiment à ce que l’on aime ou ce que l’on pense.

Il y a également Paul Harris qui est un magicien très important. Sa vision sur la magie est vraiment très forte.

Je cite un peu tout pêle-mêle mais c’est toujours difficile de répondre à cette question.

Je me rends compte d’ailleurs que j’ai oublié de citer Tommy Wonder. Très grand magicien à mon sens. Je l’aime bien quand il fait de la scène mais je l’admire quand il se met au close-up. Ses idées sont très intelligentes. On peut noter d’ailleurs qu’il est assez rare de voir un magicien exceller aussi bien en magie de proximité qu’en scène. Je conseille vraiment très fortement sa série de DVD[1]. Même si elle ne sera peut-être pas totalement utile au premier degré dans le sens où il ne va pas être évident de prendre ses tours pour les inclure dans son répertoire, les trésors dissimulés à l’intérieur des vidéos sont d’un intérêt absolument remarquable.

Derren Brown aussi est un artiste qui amène des choses dignes d’intérêt. Pourtant, le mentalisme n’est pas du tout ma tasse de thé mais je reconnais que les concepts et les idées développées dans les livres publiés en français par Frantz[2] apportent des pistes de réflexion sur la magie qu’il est peut-être bon de prendre en considération. Après, on tire les conclusions que l’on veut de sa lecture car je ne suis pas d’accord du tout avec l’ensemble de ce qu’il développe, mais déjà lire ses livres est une bonne démarche.

Il m’est impossible de citer tout le monde. Il n’y a pas que les gens que je cite que j’apprécie bien entendu, mais ce sont les principaux noms qui me viennent à l’esprit.

 

Lionel : Que reprochez-vous au mentalisme ?

 

Dominique : Je n’aime pas, quoi qu’on dise, qu’on utilise comme prétexte des supposés pouvoirs afin d’obtenir une accroche particulière auprès du public. J’estime, pour ma part, que c’est une facilité et qu’au final, l’impression laissée n’est pas une impression de magie. D’autre part, il me semble que ce genre d’attitude est dangereuse. Et puis je ne suis pas sur que ça intéresse le public tant que ça.

 

Lionel : Quels conseils pourriez-vous donner aujourd’hui aux magiciens qui vous ont lu jusque là (rire) ?

 

Dominique : Ne jamais croire les gens qui vous disent que vous n’y arriverez pas si vous sentez, au fond de vous, que vous pouvez réussir. Si vous avez des idées, essayez de les mener à bien du mieux possible et ayez l’objectivité nécessaire pour pouvoir vous rendre compte si vous vous fourvoyez ou non. Écoutez les conseils, bien entendu, mais dès que ceux-ci vous semblent partisans, écoutez les toujours et oubliez-les finalement parce qu’aucune règle ne régentera jamais la magie.

Soyez curieux. Alimentez votre curiosité. Allez voir des magiciens en live. Lisez, regardez ce que les autres font et détachez vos œillères de la magie en allant au théâtre, au cinéma, etc.

Enfin, un dernier conseil, attention à ne pas se prétendre arrivé quand on n’a même pas encore commencé.



[1] Visions of Wonder – L&L Publishing

[2] Pure Effect Derren Brown et Magie Absolue Derren Brown – C.C. Editions

Photo : Zakary Bellamy

2 commentaires

  1. cavaflar

    « ce n’est pas parce que l’on a une cinquantaine d’années que l’on est forcément fini »….et ben moi j’aime bien commencer la semaine comme ça…nom d’un petit bonhomme..!!!!
    Sinon émission ce soir , 20h50 sur TF6 avec Derren Brown…. »L’incroyable expérience »…tout un programme…à tester :-))
    Amitiés
    Cavaflar

  2. Bertrand GILLE

    C’est de l’or en barre ça Monsieur ! Et je ne plaisante pas j’adore, j’y trouve un parfum de vécu :
    « Ne jamais croire les gens qui vous disent que vous n’y arriverez pas si vous sentez, au fond de vous, que vous pouvez réussir. Si vous avez des idées, essayez de les mener à bien du mieux possible et ayez l’objectivité nécessaire pour pouvoir vous rendre compte si vous vous fourvoyez ou non. Écoutez les conseils, bien entendu, mais dès que ceux-ci vous semblent partisans, écoutez les toujours et oubliez-les finalement parce qu’aucune règle ne régentera jamais la magie. »
    J’aime car cela donne sa chance à la plus farfelue des idées. Et ça tombe bien j’en ai parfois des idées farfelues…

    De même que :
    « Soyez curieux. Alimentez votre curiosité. Allez voir des magiciens en live. Lisez, regardez ce que les autres font et détachez vos œillères de la magie en allant au théâtre, au cinéma, etc. »

    Mais peut-être… que dis-je « peut-être »?… »Assurément » (!), le plus génial (car sans doute plus profond qu’il n’en a l’air) des conseils c’est:
    « Enfin, un dernier conseil, attention à ne pas se prétendre arrivé quand on n’a même pas encore commencé. »

    serait-ce là un complément indispensable au fameux « 100 fois sur le métier, remettez votre ouvrage »?
    En delà de cette interpretation possible, je comprends surtout votre dernière phrase comme voulant dire, correigez-moi si je me trompe, qu’il faut sans cesse se remettre en question, ne jamais (je vous cite) « s’arrêter de penser trop tôt », et enfin, pardonnez la grossiereté de l’expression mais j’avoue en user, voir en abuser : « péter plus haut que son c.. »

    V’la-t-y pas le Bertrand qui repart de sa lecture avec de nouvelles résolutions :)
    C’est ça que j’aime à chaque fois que je reviens ici, j’y puise de quoi me selle, plus motivé que jamais.
    :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *