«

»

Nov 04 2013

Questions de Nathanaël à Dominique Duvivier

Nathanaël Maillard m’a posé quelques questions fort pertinentes auxquelles nous avons convenu que je répondrai directement sur ce blog. C’est parti !

 

–      « On vous connaît magicien, on vous sait grand fan de musique, source d’inspiration pour vous autant que sorte de « mode de vie » et même de travail. Ce qu’on sait moins, c’est que vous composez également des musiques pour vos spectacles et vos vidéos. Comment en êtes-vous arrivé à composer ? Cela vous aide-t-il à rendre votre magie, vos spectacles, vos programmes plus personnels ? C’est-à-dire, est-ce que le fait de créer également certaines musiques vous aide à être plus vous-même sur scène, plus « acteur », plus sincère ? »

 

Composer est un bien grand mot ! En fait l’idée de m’y mettre m’est venue pour échapper aux droits d’auteur épouvantables qu’on doit verser à la SACEM lorsqu’on utilise des morceaux qui ne sont pas de soi. Tu n’imagines pas ce que cela représente. Payer est tout à fait normal, mais lorsque tu vois que, pour une diffusion plus que restreinte, tu dois payer comme si tu avais à financer un blockbuster au cinéma, tu te demandes si, pour le coup, nous ne sommes pas dans de la fiction, ou bien si tu es juste en train de rêver éveillé !!! Alors il m’est apparu nécessaire de procéder autrement. J’ai commencé à éplucher les morceaux libres de droits, puis, voyant ce qu’il m’était offert, j’ai plutôt tourné mes investigations vers des logiciels qui permettent de créer soi-même des morceaux. Grâce à l’aide de mon ami Philippe de Perthuis (une bête en informatique), j’ai pu apprendre à les apprivoiser. Ca n’a pas été simple, mais je m’en suis sorti. Peu à peu, j’ai trouvé des pistes exploitables et des résultats satisfaisants. Je dois dire qu’autant la musique a toujours été  plus que fondamentale pour moi, autant je n’aurais jamais eu l’audace de me frotter à la composition si je n’avais pas eu l’obligation de m’y coller ! Après quelques temps de galère  pour maîtriser l’aspect technique de ces satanés programmes informatiques, j’ai laissé jouer mon intuition. De ce point de vue, je n’ai pas eu trop de mal à créer ce que j’avais envie d’entendre, car j’ai toujours baigné dans un univers musical tellement riche, puissant et varié (les Beatles, Electric Light Orchestra, Louis Clark, Cat Stevens, Supertramp, Stevie Wonder et bien sûr des dizaines d’autres de ce gabarit), que j’ai juste eu le sentiment de laisser mon corps avancer vers les rythmes et les mélodies dont j’avais besoin. Grâce aux logiciels performants que j’ai trouvé, j’ai pu, pas à pas, découvrir le bonheur d’écrire de la musique et jouer de différents instruments… électroniquement ! Comme quoi l’informatique peut devenir notre amie parfois… C’en est une preuve !

 

–    « Vous êtes un boulimique de travail, vous écrivez plusieurs spectacles en même temps, vous sortez beaucoup de vidéos, et aussi, vous êtes généreux ; car tout cela, vous le faites évidemment pour un public, mais non content de proposer de la « matière brute », vous donnez aussi les ficelles avec les explications détaillées, pour la première fois à ma connaissance dans le monde magique, de vos spectacles entiers. On vous sent très accroché à l’idée de transmission de votre savoir. Cette générosité dans les explications de vos créations n’est-elle pas corrélative à votre envie de toujours créer, de ne pas s’arrêter de penser trop tôt ? En quelque sorte, expliquer généreusement et de façon détaillée nombre de vos tours et spectacles ne vous oblige-t-il pas à toujours cherchez plus loin pour continuer à créer, et à créer mieux ou différent si possible ? C’est-à-dire que si vous donner un secret, vous vous mettez en danger, et il vous faut vous en créer d’autres afin d’en avoir toujours « sous le coude », des qui vous appartiennent ? »

 

Comme j’ai eu l’occasion de le dire souvent sur ce blog, des personnes comme Freddy Fah m’ont permis d’avoir accès à des connaissances, voire à LA connaissance, de manière totalement amicale et désintéressée (voir cette note que j’avais écrite sur le sujet : http://www.dominiqueduvivier.com/2011/11/07/magiphageuh-n21-freddy-fah/#comment-2139 ). Quand on reçoit un tel cadeau, on rend la pareille de façon naturelle. On est redevable d’une telle générosité, que quelque part, rien ne paraît trop beau pour remercier la chance qui nous a été donnée. Je donne donc sans compter. Bien sûr, dès que je donne quelque chose, je me sens un peu perdu sur le moment, comme dépouillé, mais cela ne dure jamais longtemps, car du coup, je mets les bouchées doubles pour créer de nouvelles choses. C’est ce que j’expliquais sur ce blog notamment le 21 octobre dernier http://www.dominiqueduvivier.com/2013/10/21/tout-donner/.

 

–    « Vous êtes amateur d’art, de belles choses, des beaux objets et accessoires. Cela participe-t-il de votre idée que la magie est un art et contient donc un aspect esthétique ? »

 

J’aime ce qui est beau en effet. Mais je ne sais pas trop ce qui fait que je crée, en vérité. Ce que je sais, c’est que, pour créer, j’ai besoin d’avoir avec moi de beaux objets pour lesquels je suis prêt à débourser des sommes rondelettes ( !). Cela me met en condition et m’aide à rentrer dans la peau de l’histoire que je vais jouer. Souvent j’achète tel ou tel objet en fonction d’un tour que j’ai déjà mis au point, mais ce n’est pas rare qu’un objet pour lequel j’ai « craqué » devienne l’origine d’un tour que je crée.

 

–     « Une question qui rassemble les deux précédentes : Vous avez vu et aimé le film « L’Amour Fou » qui raconte l’histoire de Pierre Bergé et Yves Saint-Laurent (ici : http://www.dominiqueduvivier.com/2012/12/03/magiphageuh-n31-yves-saint-laurent-pierre-berge-lamour-fou-le-film-documentaire/ ). On y voit Pierre Bergé relater leur amour l’un pour l’autre, nourri de leur amour pour l’Art, et ainsi la constitution de leur collection. Et ce film suit Pierre Bergé alors qu’il se sépare d’une bonne partie de cette collection en la proposant aux enchères. En voyant ce film après avoir lu votre billet à son propos, je n’ai pu m’empêcher de faire un parallèle avec vous et la magie. Vous êtes un peu à la fois L’un et l’autre, et la magie serait l’Art. Vous êtes en effet Yves Saint-Laurent car vous êtes artiste, créateur. Mais vous êtes aussi Pierre Bergé car vous collectionnez (les beaux objets, les tours, vos propres créations en quelque sorte) et surtout vous transmettez. Et plutôt que de garder pour vous cette collection, vous la donner, vous la vendez, pour qu’elle vive au-delà de vous. Que pensez-vous de ce parallèle, vous qui avez vu ce film ? Est-ce peut être la raison pour laquelle vous avez été si touché ? »

 

Ton analyse est très intéressante ! Tu dois certainement avoir raison. D’une certaine façon, je dois être plusieurs individus en un… Il paraît que je suis un être complexe, cela vient peut-être de là ?! Trêve de plaisanteries, je suis convaincu que les artistes et les créateurs en général participent tous à la création d’une seule et même grande œuvre. Au fond tous les domaines (peinture, musique, cinéma, magie…) parlent tous de la même chose, mais d’une façon particulière ! Tout se rejoint et s’enrichit mutuellement.

 

Merci de ces questions. Mes réponses ne sont que des ébauches. N’hésite pas à me faire rebondir dessus pour que je puisse aller plus loin dans le peu que j’ai donné. J’en serai ravi !

A++
Dominique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *