«

»

Juin 03 2013

J’ai l’âge que j’ai

Oups, je ne m’étais pas rendu compte que j’avais déjà publié ce post en juin de l’an dernier ! A cause d’un bug informatique dans mes archives, j’ai un peu de mal à m’y retrouver parfois… J’ai ajouté le poème mais bon… Allez hop ! Je donne dès à présent un autre texte pour me punir. Na !

J’ai l’âge que j’ai ! Je vois beaucoup de mes confrères magiciens qui se teignent les cheveux, cachent leur calvitie naissante, retouchent leurs photos à tout va et se la pètent genre « je fais du sport comme jamais » pour se donner bonne conscience et garder encore quelques secondes un corps de rêve ! Il se trouve que j’ai eu la chance d’être plutôt pas mal et désirable pendant mes 40 premières années. Puis vint l’embonpoint et l’âge, mais je n’ai jamais éprouvé le besoin de me rajeunir ou de m’embellir de quelque façon que ce soit. Outre le fait d’avoir constaté que cela ne m’empêchait pas du tout de continuer à plaire, j’ai toujours considéré que chaque époque apporte ses joies et ses peines et qu’il ne sert à rien de courir après le temps. Selon la célèbre maxime : « On ne peut pas être et avoir été ». C’est ainsi. Et je crois que si certains acceptaient davantage cette vérité toute simple, ils seraient bien plus heureux… C’est un grand soulagement que de vivre chaque période de sa vie le plus pleinement possible et de trouver dans chaque moment de sa vie de quoi se rendre heureux dans sa condition, même si, d’un point de vue physique, celle-ci se dégrade de façon inéluctable… En ce qui me concerne, tant que je serai vivant, j’essaierai de donner du plaisir au public d’une façon ou d’une autre ! La vie est si fragile, profitons de ce qu’elle nous offre à chaque instant, telle qu’elle est.

Dans le sujet, ma fille Alexandra m’a envoyé un bien joli poème qu’une personne (Bruno Depay pour ne pas le nommer… merci à lui !) lui a transmis.

Vous allez voir… ça fait du bien !

 

 

 

ETRE JEUNE

La jeunesse n’est pas une période de la vie,
elle est un état d’esprit, un effet de la volonté,
une qualité de l’imagination, une intensité émotive,
une victoire du courage sur la timidité,
du goût de l’aventure sur l’amour du confort.

On ne devient pas vieux pour avoir 
vécu un certain nombre d’années;
on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.
Les années rident la peau; 
renoncer à son idéal ride l’âme.
Les préoccupations, les doutes, 
les craintes et les désespoirs
sont les ennemis qui, lentement, 
nous font pencher vers la terre
et devenir poussière avant la mort.

Jeune est celui qui s’étonne et s’émerveille. 
Il demande, comme l’enfant insatiable  »Et après ? »
Il défie les événements 
et trouve de la joie au jeu de la vie.

Vous êtes aussi jeune que votre foi. 
Aussi vieux que votre doute.
Aussi jeune que votre confiance en vous-même
aussi jeune que votre espoir. 
Aussi vieux que votre abattement.

Vous resterez jeune tant que vous serez réceptif.
Réceptif à ce qui est beau, bon et grand.
Réceptif aux messages de la nature, 
de l’homme et de l’infini.

Si un jour votre coeur allait être mordu
par le pessimisme et rongé par le cynisme,
puisse Dieu avoir pitié de votre âme de vieillard. 

Samuel Ullman

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *