«

»

Fév 25 2013

Attention au temps qui passe…

Le temps qui passe est un grand risque et, quoi qu’on en dise, on voit souvent le côté routinier s’installer ici et là chez les professionnelsqui n’ont pas considéré ce problème… Tous ne tombent pas dans le piège bien entendu, mais disons qu’il est malheureusement assez courant de voir les artistes débiter leur show en pensant à autre chose… Pourtant la fraîcheur est indispensable. Mais la conserver, voire l’augmenter passe par des sentiers sinueux. Garder le frisson avec un spectacle qui « roule » tout seul est complexe… C’est la raison pour laquelle je change de spectacle fréquemment, mais il y a aussi des techniques subtiles, comme celles de Goshman que j’ai longuement étudiées et adoptées, tant elles sont géniales. Si vous observez bien son approche et que vous rentrez dans son univers, vous remarquez que la construction même de son show lui permettait d’improviser tout le temps, tout en faisant la même prestation. Par exemple, dans sa célèbre pièce des  « Salières », vous pouvez constater que l’écriture de son show, découpé en plusieurs modules, lui permettait de grandes latitudes : d’une prestation à l’autre, il inversait l’ordre des différents modules, ou en improvisait un nouveau… Et si vous poussez encore un peu plus loin l’analyse, vous saisissez tout le génie de la chose : Goshman avait vraiment trouvé le secret pour rester libre de ses mouvements et faire vivre à son public (et à lui-même) un spectacle enrichi de nouveautés à chaque fois. Et bien sûr, grâce à cette forme d’improvisation particulière, il évitait de tomber dans le piège de se répéter et de devenir routinier…

Je vous encourage à bosser rapidement sur ce genre de concepts et, de manière générale, à ne pas vous reposer sur vos lauriers, car, avant même que vous vous en aperceviez, vous ne pourrez bientôt plus bouger un iota de votre spectacle (ou de votre « set » de tours de table en table) tellement la peur vous envahira rien qu’à l’idée d’y inclure un nouvel effet, une nouvelle line, un petit rien du tout de plus ou de moins… Je vois tellement de confrères dans ce cas de figure que je vous le répète encore une petite fois : travaillez, réfléchissez et bougez tout de suite tout ce que vous pouvez… tant que vous le pouvez encore !

3 commentaires

  1. cavaflar

    J’aime bien rentrer de vacances…déjà parce que j’adore ce que je fais…mais aussi parce que j’ai encore plus de chroniques, avec des vrais morceaux de reflexion dedans, à lire….Goulu que je suis !
    La citation de Dario Fo est magnifique…encore un que je ne connaissais pas…encore des trucs à découvrir….. Génial..!
    Quand à la chronique du jour, elle est cruelle,douloureuse et inconfortable car, par certains côtés, j’aurais tendance à me laisser vivre… Cossard que je suis !…Heureusement je déteste, la routine,ça me pousse au C..!
    Alors oui, c’est VRAI, pour le boulot, pour le couple, pour l’éducation…et bien sur pour le spectacle et l’Art…Rien n’est plus désagréable pour le spectateur que je suis,de se voir resservir toujours la même Soupe.
    Amitiés
    Cavaflar

  2. Quentin Bellec

    Merci pour cette réflexion très interressante. Je vais essayer de suivre ces instruction…
    Magicalement

  3. chiaradia

    Toulagli bouffi et MERCI ! Take care , with love and bis bald. Après la tempête sous mon crâne, (ptête qu’on croira que je ricane, mais ça s’ra qu’une impression fosse) je m’en vais désaltérer mes noeuds ronnes avec un ptit pinard pas piqué des verres suivi d’une éclatée pianistique prélude 2 de Jo seb et par Richter ça arrache. Bref, court mais bon, on croirait du Duvivier…fille ou paire? En tout les cas il la font et en plus au double, la vie quelle chance!!! Merci est un mot si petit…pour m’avoir insufflé le mot magie dans mavie. Dominique Duvivier and co? UN CADEAU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *