«

»

Déc 17 2012

Création musicale/magique

Suite à cette interview vidéo : http://www.dominiqueduvivier.com/2012/10/15/interview-video-dominique-duvivier-1ere-partie , Chakkan m’a demandé : « Choisissiez-vous EXPRES certains artistes/genres musicaux en fonction de la « couleur » magique dans laquelle vous vouliez vous trouver pour créer ? Ou bien la succession « aléatoire » des bandes guidait-elle votre inspiration ? »

 

Non en fait pas du tout. C’est intéressant comme question. Ma démarche est la suivante :  pour créer un tour, je me plonge dans l’univers musical d’un artiste qui est une bête absolue dans son domaine, car celui-ci me donne la certitude de pouvoir puiser en lui la force de sortir autre chose de moi que ce que ma propre petite personne aurait pu sortir à son habitude. Son génie me transporte ailleurs, là où je ne savais même pas moi-même que je pouvais aller, et là, j’ai une chance de créer quelque chose de nouveau. Quelque chose qui va tenir la route vraiment, peut-être à l’image de ce que mon artiste vénéré a crée lui-même dans son propre domaine, sait-on jamais ! En d’autres termes, il m’inspire, il me donne envie d’imaginer des choses folles et, autant que possible, aussi belles que celles qu’il a créées. Tu vois l’idée ? Lorsque j’enregistre une « bande » où différents morceaux s’enchaînent, TOUS les artistes sélectionnés sont des killeurs absolus à mes yeux (enfin à mes oreilles). Je me laisse guider par eux, leur magie musicale, leur trip, pour me sortir de mon « vulgus ordinarus » ambiant ! Et c’est grâce à cette hypothèse que je m’envole vers des cieux plus géniaux que moi.

 

– Y a-t-il quelques tours qui pour vous SONT la musique (autrement dit qui auraient carrément pu porter le nom du morceau auxquesl ils se rattachent ?)

 

Oui, plein  de tours. Mais le plus significatif est « L’imprimerie » ou « Printing » qui est associé au morceau « A day in life » des Beatles !

http://www.dominiqueduvivier.com/2009/01/08/limprimerie/

C’est à 100 % avec l’écoute de ce chef d’œuvre que j’ai pu imaginer mon tour (qui est à ce jour le tour que j’ai le plus vendu au monde et considéré comme faisant partie des 5 meilleures ventes mondiales dans le domaine des tours de magie). Le côté fou de toutes ces cartes qui s’impriment m’a été directement inspiré par cette chanson… C’est amusant d’imaginer d’ailleurs que, comme je l’ai appris bien après la création de mon tour, les Beatles était sous LSD quand ils l’ont composée… Dans « L’Imprimerie », les demi-cartes imprimées, la carte frottée sur le tapis… sont des effets « hors champs », si on peut dire, dans le cadre d’un tour dit de « cartes folles », mais, si on écoute attentivement le morceau des Beatles, une logique se dessine un peu plus !

 

– Une petite visite guidée de votre collection d’objets à l’époque « high tech » ?… ;o) (si vous les avez conservés)

 

Peut-être une autre fois mais j’ai tellement d’objets disséminés chez moi, que le fait d’imaginer les chercher me donne envie d’aller me coucher, tellement l’entreprise semble être un véritable parcours du combattant !

3 commentaires

  1. David (Chakkan)

    Merci pour ces précisions qui valent de l’or.

    Il se trouve que je suis également grand fan de musique, mais qu’à ce jour le lien magie-musique ne s’était jamais fait (peut être trop jeune en magie ?…).
    Mais depuis quelques semaines j’ai eu une révélation sur un morceau qui est devenu in-dis-so-ci-able d’une création, et je pense donc beaucoup mieux comprendre ce parallèle.

    Encore merci ! ;)

  2. Bruno Noulet

    ‘de l’or ?
    du plutonium, ouais !? :-)
    vu l’potentiel à tirer de ce processus créatif.
    entre outre, je décrypte en filigrane que l’humilité grandit !
    oui, merci ! ;-)

  3. cavaflar

    Juste une précision pour étancher ma curiosité……le processus de création se fait il plus facilement , ou différemment…en fonction de la connaissance antérieure des morceaux….?Est ce que tes compil de « boulot » sont elles les tops « ten » par exemple de ce que tu emmènerais sur une ile déserte ou bien sont ce des titres inédits…?
    En gros, est ce que le fait de connaitre parfaitement un morceau , élimine en quelque sorte, les « parasites » de l’esprit laissant donc s’exprimer pleinement le côté créatif ?
    Amitiés
    Cavaflar

    Ps: A quand une compil des meilleures musiques « magiques » pour un bonus dans un future DVD lol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *