«

»

Oct 01 2012

MAGIPHAGEUH N°30 : APPRENDRE LE JAPONAIS

Une amie de la famille nous dit dernièrement pendant le dîner qu’elle s’est mise à apprendre le japonais. Envie respectable, mais pour le moins incongrue, non ?! C’est vrai quoi , en général, on a plutôt envie d’apprendre l’anglais, l’espagnol ou l’italien… pas le japonais ! Bien entendu je ne manque pas de faire un peu d’humour sur le sujet, mais finis par craquer : POURQUOI vouloir subitement apprendre le japonais ??

Là je te mets une petite photo distrayante (ah ah ah), histoire de te faire languir un peu, cher lecteur que tu es, toi l’inconnu qui me lis avec assiduité depuis des lustres !!!

Elle nous répond alors sans ambages : « Pour vaincre dans l’œuf la maladie d’Alzheimer ».

Séchés à la table nous sommes tous ! (je n’aurais peut-être pas dû revoir encore Star Wars l’autre jour…)

Nous avons alors devisé sur le phénomène de cette vache de maladie et, effectivement, il semblerait qu’il est possible d’endiguer en partie ou totalité le fléau… en bossant d’arrache-pied sa mémoire ! CQFD.

 

Et du coup, j’ai pensé à vous et à cette rubrique « Magiphageuh » dans laquelle je tente de vous donner à chaque fois de nouvelles pistes pour ne pas se laisser corrompre par notre fainéantise congénitale. La maladie n’est pas forcément une fatalité et guérir, c’est d’abord se battre et s’entretenir par tous les moyens possibles. Et cela est valable dans TOUS les domaines : rien n’est écrit. Tout est à écrire par vous-même. Tout est en devenir. Tout est à votre portée, si vous acceptez de vous retrousser les manches !

J’aime les titres de ce genre « Apprendre le Japonais », car vous vous êtes d’abord dit quelque chose comme : « Tiens le Duvivier va nous parler de cours de japonais… ». Hé hé hé, que nenni ! (c’est un des « pieds » que je prends lorsque je confectionne un tour ou mets au point un écrit quel qu’il soit : ne pas être où l’on m’attend…. Tout un programme !). Je voulais juste vous parler d’une nouvelle approche pour apprendre à dépasser nos limites et à transcender nos pauvres envies du moment (la paresse, le fatalisme, l’esprit négatif…) afin d’accéder à nos rêves les plus fous. Comme quoi, tous les chemins mènent à Rome et « apprendre le japonais » peut devenir une véritable leçon de vie.

Amitiés

Dominique Duvivier

PS : le caractère japonais ci-dessus signifie « Fleur »

2 commentaires

  1. cavaflar

    D’abord Merci de nous offrir une Fleur, ensuite j’applaudis des deux mains, des deux pieds….et du reste !!!..
    Elle a bon la dame…!!, on ne devient pas Alzheimer du jour au lendemain…On y va gentiment sur une dizaine d’années.!
    Alors oui, apprenons le Japonais, c’est Nippon ni mauvais, faisons du SUDOKU, apprenons les routines du Duvivier et aussi …je sens que certain me voient venir…MANGEONS bien et bon… du bon gras contre l’assèchement de notre cervelle (40 % de graisse dans le cerveau, du vide (certains en ont plus que d’autres…non j’ai pas parlé des footballeurs…:-) et de l’eau… Et avec tout ça, plus une étincelle improbable bien sûr… on fait et on reçoit la Magie ! Elle est pas belle la vie comme dit le Patron !!
    Bonne semaine
    Amitiés
    Cavaflar

  2. David (Chakkan)

    Quitte à rester du côté du soleil levant, petit conseil à cette personne : elle ferait mieux de se mettre au Tai-Chi, c’est bon pour le corps, et il est prouvé que solliciter sa mémoire spatio-temporelle (se situer dans l’espace et répéter des gestes récurrents) est un très bon moyen de repousser les effets de cette saloperie de maladie.
    Et en plus, si son prof est sympa, il lui enseignera quelques mots de japonais ;o)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *