«

»

Juin 28 2010

En réponse à…

Mes chers amis,

Pour aujourd’hui je vous livre à nouveau un commentaire reçu de la part d’un d’entre vous (Ohdaesu), envoyé en réaction à ma vidéo publiée le 10 mai dernier : « Dans l’intimité de mon quotidien » (le premier numéro de cette nouvelle série qui semble vous plaire énormément).

J’ai bien sûr accompagné son intervention de mes réponses. J’espère que cela vous intéressera.

Sachez que vous êtes de plus en plus nombreux à venir partager chaque semaine un moment de lecture sur ce blog : lundi dernier vous avez été plus de 600 visiteurs, rien qu’en un seul jour (un record !). Et depuis le lancement de ce blog vous avez été plus de 36 000  visiteurs ! Génial, non ? Cela me comble et m’encourage à continuer.

Merci à tous et vive la magie !

Bien à vous tous et bonne lecture.

Amitiés

Dominique Duvivier

« Merci Dominique pour cette vidéo que je ne découvre malheureusement que maintenant alors que les « débats » ont déjà eu lieu… Je me permets et j’espère ne pas trop agir en machine à voyager dans le temps (au mauvais sens du terme)… »

Selon moi l’idée du blog, c’est de pouvoir parler, revenir sur des thèmes, etc. Et vous pouvez faire entrer ce que vous voulez dans le domaine magique de ce blog. Alors pour moi aucun souci !

« Cela va faire 15 ans que je fais de la magie et rien de mieux que ce genre de petits moments, de discussions pour se remettre en question… Je trouve cela nécessaire (au sens Leibnizien du terme)à fortiori si cette remise en question magique est régulière, je m’efforce de le faire autant que faire se peut ; à chaque fois que je te vois travailler en tout cas mon esprit est en ébullition ;) »

C’est cool de voir que des personnes comme toi sont en connexion avec moi, autant que je le suis avec vous (tous ces magiciens qui se posent des questions pour faire évoluer leur magie). Cette chaîne invisible fait chaud au cœur, vraiment !

« J’aime la difficulté et je me suis souvent donc laissé allé à la technique technicienne… Mais étudier, écouter votre travail m’a permis de « rediriger » ma magie. Certes étudier saut de coupe et autre empalmage forge d’une certaine manière mais très vite une frontière se dresse, ce n’est en effet pas avec ça que l’on fait de la magie on fait tout au plus une prouesse avec nos doigts à Gilles (je ne le connais pas… la belle vaseuse… oups). Je pense que justement la frontière est le moyen, au sens où le moyen (la technique) permet d’approcher le miracle mais l’éloigne aussi… Comment atteindre et demeurer en équilibre sur cette si fine bande du miracle ? »

Je crois que la chose se passe à l’intérieur de soi. Si tu as en toi, aux confins des galaxies (non, je déconne), aux confins de tes envies profondes, le besoin de créer des « miracles », tu vas en fabriquer. Si par contre en toi, tu n’as besoin que d’épater les magicos, avec pour unique but de faire pareil que le meilleur du moment avec ses cartes, alors tu vas te faire des copains sur mon dos (certes !) mais tu vas rester à la traîne ! Et je sais que tu ne veux plus ça. Tu veux mieux pour tes publics futurs. Tu as compris que le public est toi quelque part. Tu as compris que tu dois savoir t’étonner toi-même, à travers les yeux de ce public qui rêve de voir ce que tu vas leur donner ! Tu n’as plus qu’à persévérer.

 « Des fois je me dis qu’un ardu tour de magie consisterait à faire disparaitre toute technique derrière le rêve sans lapping, sans manche… rien de bien nouveau en somme, le propre de tout art, sa finalité : transformer totalement la technique en rêve… Voilà je me suis emporté, « nada de nuevo sobre el sol » je voulais juste te remercier et te faire partager ce que ta vidéo m’évoquait… Si ces quelques lignes couchées sur … cet écran d’ordinateur t’inspire un chouilla, n’hésite pas ;) Merci, Bravo et immense respect Dominique ! »

Ne crois pas que les lappings et autres subterfuges soient des handicaps. A la sortie, lorsque tu es connecté, les techniques que tu as acquises deviennent les outils du miracle que tu veux créer. Une technique n’est pas un tour de magie en soi : elle n’est que le moyen de passer du simple truc au miracle. Lorsque tu effectues une technique, il ne faut pas donner l’impression que tu magouilles avec un mouvement, tu dois donner l’impression que tu effectues un véritable tour de magie sans truc ! Pas évident, hein ? Pourtant, si tu rentres profondément dans ce processus, tu vas vite comprendre un secret essentiel de la magie, selon moi : il n’y a pas de trucs en réalité ! Quand mon jeu se dématérialise dans mes mains et donc disparaît totalement,  le jeu est bien parti de mes mains, non ? A cet instant il est parti vraiment. Cette seconde là, personne ne peut te la prendre. Ensuite il y a la réalité qui reprend ses droits. Mais en attendant, tu as bel et bien créé un miracle d’une seconde. Suis-je clair ?

A + de tes questions et de tes délires.

Dominique

P9193058 

2 commentaires

  1. Ohdaesu

    Merci Dominique pour ta réponse et tes conseils… Je suis très honoré que tu ai pris le temps de m’écrire et de le faire ainsi de manière très généreuse… Pardonne moi ce retard mais tout cela m’a fait beaucoup cogiter ;) (je cogite beaucoup… un peu trop d’ailleurs des fois :p)
    Tous tes conseils et commentaires résonnent encore dans mes cages à miel… mes mirettes plutôt (écran d’ordinateur oblige). En ce moment je travaille sur l’écriture d’un spectacle de, comme tu appelle cela très bien, « close-up de scène » et je rame… Dur dur de créer des miracles dans les yeux de nos chers spectateurs.
    Tout ce que tu as commenté ici me redonne courage… Tu as tout à fait cerné ce que je ressens, mais tu as mis des mots dessus merci ;)  » Tu as compris que le public est toi quelque part. Tu as compris que tu dois savoir t’étonner toi-même, à travers les yeux de ce public qui rêve de voir ce que tu vas leur donner ! »… C’est pour cela que créer me semble une tache extrêmement complexe et donc enrichissante, c’est d’une certaine manière se laisser aller à la schizophrénie au sens où le magicien recherche un truc, un stratagème pour créer une illusion mais en même temps il doit être convaincu que ça n’en est pas une sinon la magie s’estompe puis finit par disparaître aux yeux du spectateur… aux yeux du magicien… il n’est plus qu’un technicien… Rêvons même si nous savons que ce à quoi nous rêvons n’est qu’un rêve ;)
    Je sens que tout cela est fort décousu mais je dis les choses comme elles me viennent… en somme tout cela revient à dire selon tes propres termes qu’il faut « démystifier pour mieux mystifier » et « se démystifier pour mieux se mystifier »… Diantre, fichtre, morbleu, je ne sais pas si tout cela est clair… qu’en penses-tu ?
    (Pardonne-moi cet innommable bordel dans mes idées mais à chaud voilà ce qui me vient :$)

  2. Ohdaesu

    En relisant une petite question me vient… peut-être est-elle bête, je ne sais pas… je te la pose tout de même… Lorsque tu dis qu’il n’y a pas de truc tu veux dire en d’autre terme que « le truc », le questionnement du spectateur « comment ça marche ? » n’efface rien au miracle, il demeure ; le spectateur le boit (le miracle ;) ), pendant une seconde, et pendant cette seconde il n’y pas de truc, c’est seulement dans un deuxième temps que la réalité reprend ses droits et impose le fait que « ce n’est qu’une illusion, il y a un truc! La magie n’existe pas, etc » ; l’éternel besoin cartésien de comprendre, le propre de l’homme en somme ;)Mais la magie durant le tour (la seconde de l’effet aussi courte soit-elle) fut et est toujours…? Je paraphrase surement mais je voulais m’assurer d’avoir bien compris :$ est-ce cela ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *