«

»

Juin 07 2010

MAGIPHAGEUH N°6

Nous sommes le premier lundi du mois, donc voici mon « Magiphageuh » de juin. Mais vous allez rire car je suis en train de l’écrire en mars… histoire de compliquer vos calculs ! Non, en fait c’est surtout parce que j’ai des trucs à dire maintenant, alors je vais pas attendre la Saint Glinglin pour les écrire, hein ?! Il se trouve que j’ai plusieurs trucs magiques à me sortir de la tête, directs et indirects.

J’aimerais par exemple parler de ces grands « professionnels » de la magie qui ont en fait un boulot à temps complet (genre informaticien, garagiste ou je ne sais quoi d’autre) et qui osent donner des leçons aux vrais pros, eux qui ne vivent que de leur labeur magique. Amusants ces gens, non ? Je ne parle pas vis-à-vis de moi, je parle d’une manière générale. D’ailleurs pourquoi en parler davantage, vu que tout est dit dès lors qu’on explique le contexte. Je me gausse ! Ben oui, pour donner des leçons, c’est le mieux en fait ! On peut critiquer, bien au chaud dans son métier-qui-nous-nourrit-au-propre-mais-qui-nous-fait-chier-au-figuré, ce qui explique pourquoi la magie vient comme un cheveu dans sa bouillabaisse. J’ai toujours été hérissé de voir, lire, écouter ces personnes « bien pensantes » qui n’ont rien à foutre de leurs dix doigts (souvent pas malhabiles mais pas très habiles non plus) et qui se permettent de vociférer à longueur de temps sur La Magie, son éthique etc. Pour moi leurs propos n’ont aucune valeur car leur base même est bafouée à partir du moment où ces personnes se présentent soi-disant comme des pros. Attention je ne suis pas en train de ressortir l’éternel procès « amateurs contre professionnels ». Je dis juste que, sur ce terrain, certains abusent vraiment et ça m’énerve.

Autre coup de gueule : il y a sur la Toile ce bonhomme qui parle toujours des mêmes choses, c’est maladif ! En l’occurrence il s’agit d’un magicien qu’il admire. Quel que soit le sujet abordé il trouve systématiquement le moyen de le citer, en lui cirant les pompes au passage. Une fixation congénitale sans doute. Une frustration d’enfant. On peut comprendre ces choses-là en psychanalyse… Gonflant.

 

A cet endroit, un paragraphe a été biffé par ma collaboratrice. Elle donnera aux plus sages ce petit bout juste confidentiel, histoire de donner des trucs en plus à certains et moins à d’autres… A vous de lui écrire si vous voulez recevoir la chose, hop ! adelinegalland@hotmail.com

 

Tiens, ça me fait penser aussi à ces magiciens du Net qui s’emportent dans les forums sur un détail ou plus et jurent ensuite de ne plus JAMAIS revenir sur le site en question. Un malin plaisir à voir ça aussi sur la Toile… car dès la semaine suivante : réapparition du type-parti-pour-toujours ! Parfois c’est avec un autre pseudo. Parfois il demande carrément à deux potes de reprendre le fil d’un post ancien dans lequel il intervenait et voilà : il est « obligé » de réapparaître pour répondre et remettre de l’ordre. Lamentable. Un vrai petit trafic sur le Net magique que j’observe avec délectation ! Sans parler de ceux qui retournent leur veste quand ça commence à « sentir le souffre », histoire soi-disant de pas se prendre un procès, alors que le mal est entériné depuis bien longtemps et qu’ils se sont mis des casseroles au cul depuis la première seconde. Hop, peur pour eux, en me lisant !!!

Pendant qu’on parle du Net, parlons des gens pas nets justement (un jeu de mots, tiens !) et faisons une petite mise au point. Certains prétendent que j’aurais dit que jamais je ne publierai les vidéos de mes spectacles INTIMISTE (1, 2, 3 etc.). Mensonge éhonté ! J’ai dit à l’époque que je jouerai un nombre de fois limité chacun de ces spectacles (ce que j’ai fait) et qu’ensuite, les ayant tournés, c’est ma fille Alexandra qui déciderait si on les sortait de mon vivant ou seulement après ma mort. Il se trouve qu’elle a pris les commandes de pas mal de choses dans mes affaires. En 2009 elle a décidé de les sortir, donc ils sont là. Comme souvent certains « mal intentionnés » ont voulu me faire passer pour ce que je ne suis pas. Facile, puisqu’il est devenu politiquement correct, semble-t-il, de montrer qu’on n’est pas tendre avec moi ! Manière d’affirmer son indépendance ?

Pour changer de registre tout en continuant de faire tout de même bosser nos neurones, il me vient une idée, juste comme ça. Si nous instaurions un truc : une espèce de banque de bons mots, réparties et autres lines, qui pourraient servir le magicien (celui qui aime autre chose que les sauts de coupe, j’entends !) ? Affaire à suivre. Ma rubrique « Magiphageuh » est intéressante aussi pour ça : on peut dire plein de choses un peu « fourre-tout » et hop on puise dedans à l’infini, hein ?

Et pour terminer ce volet numéro 6, j’aimerais aborder le thème de la comédie, pour le comédien ou l’acteur que nous sommes dans nos prestations. Change-t-on vraiment de peau nous autres magiciens lorsque nous jouons la comédie ? Il est clair que, chaque cas étant particulier, je vais parler du mien et  nous verrons bien où cela nous mène !

D’ailleurs ce n’est pas en visionnant la plupart des vidéos de magie qui traînent sur la Toile que j’ai eu l’idée de vous parler de ce sujet, mais bon !!!

Est-ce la place d’ailleurs pour ce thème ? Je me le demande et me réponds que non… Mais comme je fais ce que je veux, j’y go (histoire de faire un jeu de mot scabreux et surtout de boucherie pour me faire pardonner de tout à l’heure avec le boucher et ses cartes). Au moins l’idée est lancée !

Moi je suis du genre à tenter le coup de la comédie « façon Ventura », si je puis m’exprimer ainsi : le mec qui ne compose pas mais qui joue des fictions de son propre type, sa propre nature, comme le disait souvent Lino de son vivant. J’ai le sentiment que nous sommes très proches lui et moi, d’où ma manière de parler de lui comme d’un intime. Je ne l’ai jamais vu en vrai mais il est tellement en moi que c’est comme si j’étais devenu pote avec, quoi ! Robin Williams par exemple, un autre super pote, lui est comédien car il joue des rôles de composition. Il peut jouer des bidules opposés à sa nature visible pour prendre des mots simples ! Donc votre serviteur (MOI pour parler comme Delon un instant) joue des rôles qu’il s’est écrit lui-même (je vais revenir à JE car ça devient trop compliqué de parler de moi à une autre personne…) mais qui ne sont pas ma propre vie. En d’autres termes, quand j’écris mes scénarii, j’invente un mec proche de ma personnalité et d’ailleurs ce mec devient récurrent : il me suit de rôles en rôles. Avec lui, j’arrive à jouer tout ce dont j’ai besoin pour pouvoir arriver aux fins du personnage que j’incarne (et j’ajoute : j’arrive souvent grâce à lui à me sortir d’embarras scénaristiques).

Pour ceux qui se demandent toujours sur le Net comment je fais pour parler de moi comme cela, je précise : JE NE PARLE PAS DE MOI.  Je joue la comédie, mais il se trouve que je suis un acteur et pas un comédien.

Compliqué encore ? Alors, je développe : un acteur joue des rôles de fiction en restant ce qu’il est de toute façon, tandis qu’un comédien joue des rôles de composition qui peuvent être opposés à ce qu’il est dans la vie ou à ce qu’on se figure qu’ils sont. Par exemple le franc-parler que j’adopte sur scène est sensiblement le même que j’ai dans la vie. D’ailleurs, je vous parle sans jouer un personnage pour le moment et vous pouvez constater (si vous m’avez vu jouer) que je m’exprime comme si j’étais sur scène. Du coup certains penseront  que je triche tout le temps. NON. Je suis  le même, que je joue un personnage ou non. Simplement, si je suis en train de faire un tour, c’est une fiction que je joue. Sinon vous pouvez savoir que je vous parle normalement. Hop ! La distinction peut paraître anodine et pourtant elle est essentielle.

Tiens je suis plutôt content de moi sur ce coup car je viens de me sortir d’un souci permanent avec les personnes qui me demandent tout le temps des trucs de ce type. Dès aujourd’hui je vais pouvoir les renvoyer à ce blog de juin… Il me faudra attendre la parution pour en profiter mais bon, pas si mal tout de même !!!

Fin de l’épisode.

P1070407

6 commentaires

Skip to comment form

  1. Christophe Personnettaz - Zatenos

    Bonjour Dominique Duvivier et merci pour ces nouvelles pistes de réflexion,
    J’apprécie d’autant plus ces discussions que je suis loin de la France métropolitaine puisque je vit à La Réunion où nous sommes que très peu de magiciens – en fait je n’en connaît qu’un seul autre – et il faudrait penser à nous de temps en temps et au public bien sûr en venant faire quelques spectacles, pourquoi pas?
    En attendant je suis tout à fait partant pour les échanges de bons mots et je propose une petite citation de G.Balandier in « L’Afrique ambigüe » 1962 qui fonctionne bien avec le tour « Faisons un rêve » de D.D. : « Quand on rêve seul, ce n’est qu’un rêve; quand on rêve à plusieurs c’est le début de la réalité » …
    Pour continuer la discussion sur acteur-comédien, je suis d’accord avec ce que vous dîtes: si j’ai bien compris, lorsque je joue mes propres histoires je suis acteur mais lorsque je joue du Duvivier je suis comédien et ce n’est pas facile de jouer du Duvivier, c’est un peu comme jouer du Feydeau ou du Molière, il y a une telle mécanique des mots et des situations que la tâche est ardue… De plus, il y a une grande osmose entre votre texte et les gestes – le tour que l’on voit – que c’est pour moi difficile de les dissocier. Je ne peux pas imaginer faire la carte caméléon sans votre texte, tout va tellement bien ensemble.
    « Duvivier, le Molière de la magie », voilà je le pense et je le dit.
    A bientôt
    Amitiés magiques
    Zatenos

  2. Cyril

    Bonjour
    Je partage votre avis sur le net, c est malheureux de voir que cette toile permet a des gens de vomir leur haine ou même d’écrire ce qu il pense sans le dire en face des personnes concernées. La ou le tort est le tort tue (moi aussi je me lâche sur les jeux de mots), je m’explique : je pense que ces personnes ne se rendent pas compte du mal qu’ils font aux autres en déblatérant autant de mauvaises pensées.
    Ou pire ils s’en rendent compte et donc sont tellement lâche par nature qu ils se cachent derrière un pseudo… Mais comme tout masque il tombera un jour et il se verront pris au piège eux même. Et mon avis est que leurs mains (oui pour ecrire il faut taper sur un clavier) sont guidées par leur jalousie.
    J’avoue que moi si j’avais a me compare au tableau des différents blogeurs et internautes je me sentirais concerne par : l’internaute qui approuve et pense comme que vous avez souvent raison. Bien que j’essaye de me détacher un peu de votre façon de penser, et ceux pourquoi je lis beaucoup sur la magie et tous les autres créateurs (je ne citerais point de nom ici), maintenant a par les pères de la magie, j’avoue et je le signerais, votre pensée me semble convenir a ce que moi je m’imagine de la magie et aussi ce que je veux transmettre.
    J’ose donc un merci Monsieur Duvivier et continue a nous guider comme vous le faites.
    Juste une question : pourquoi autant de personnes souhaitent déblatérer autant d’inepties sur vous ?
    Morteus (alias Cyril)

  3. Jeannot57

    Bonjour et merci pour ce nouveau numéro de MAGIPHAGEUH.
    Je crois que vous venez de m’enseigner (de NOUS enseigner) quelque chose de fondamental. Je n’avais jamais fait cette distinction entre comédien et acteur (alors que j’ai étudié la littérature, honte sur moi !). Et ça explique pas mal de petites choses, notamment pourquoi un tour ne prend pas (avec le public), alors qu’il fonctionne (visuellement). En fait, en « copiant » de trop près un tour ou plutôt un magicien, on est à peu certain de tout foirer. A moins d’être un excellent imitateur (et encore !). Il faut que la présentation (les ‘fleurs’ comme on appelle ça si joliment) et que la magie viennent de nous, et non pas d’une copie. Ça a l’air simple en l’écrivant, c’est plein de bon sens et pourtant… Rien n’est plus sincère que de livrer un petit peu de soi.
    Les choses les plus évidentes ne sont pas celles que l’on voit forcément en premier (gnarf, je m’en mords les phalanges !).
    Depuis mon dernier commentaire d’il y a quelques temps, les choses ont un peu évolué. Beaucoup de lecture, (pas assez) de travail et l’impression de progresser petit à petit, mais jamais assez. Cet été, si tout se passe bien, je prendrai mon courage à deux mains (et à deux pieds) et tenterai la présentation de quelques petits tours simples devant une assistance d’une dizaine de personne. Je me dis qu’il faut l’avoir vécu au moins une fois et que cela sera riche en enseignements.
    A bientôt !

  4. Vincent

    BOnjour
    Venir sur votre blog est toujours un réel plaisir et ce magiphageuh numéro 6 est vraiment intéressant. Ce que vous dites à propos de la « TOILE » est effectivement une réalité effrayante, ce moyen de communiquer est trop facile pour certaines personnes qui n’oseraient meme pas en dire la moitié en face des personnes concernées.
    La distinction que vous faite entre un comédien et acteur est très interessante, en effet je pense qu’il faut etre le plus naturel possible lors d’une réalisation d’un tour de magie pour avoir un meilleur impact sur le public. Dès lors qu’on se force (et donc que l’on devient comédien et non plus acteur) celà est tout de suite ressenti et c’est dans ces moments là justement qu’on bafouille, qu’on gaffe, qu’on est pas à l’aise…et le tour, meme si visuellement réussi, est ruiné.
    Et tout comme cyril, je ne comprends pas comment autant de personnes peuvent etres sur votre dos comme celà, la jalousie sans doute? Vos analyses si bien pensées ou le respect que vous incarnez?…
    Vincent

  5. Christophe Personnettaz

    Bonjour,
    En lisant les réactions des uns et des autres sur les conséquences d’une mauvaise utilisation de la « toile » sans vouloir en savoir plus sur les polémiques qui ne mènent à rien, à rien de bon en tout cas, je me rends compte que cet outil – formidable au demeurant – doit être utilisé avec intelligence et c’est ce qui manque le plus à ces polémiqueurs pour rester poli. Formidable la « toile » oui car j’avais depuis longtemps entendu parlé de Fred Kaps mais je n’avais jamais rien vu des performances de ce magicien. Dominique Duvivier le cite aussi souvent dans ses interviews comme un virtuose et je comprends enfin: grâce à Internet j’ai vu quelques-uns de ses numéros depuis quelques jours et je suis sans voix, un artiste exceptionnel, quel talent, fruit d’un travail certainement sans relâche de quoi faire pâlir ceux qui passent leur temps à enregistrer des petites vidéos sans aucun intérêt mais de quoi se faire « mousser » par ses copains et qui nous faire perdre notre temps, plus le mien en tout cas car je ne me fait plus piéger …
    Bravo et encore bravo à Fred Kaps
    Christophe Personnettaz
    Zatenos

  6. Francis Lepage

    Bonjour à tous et merci à dominique pour son blog!
    Je suis trés légèrement faché par vos commentaires, je ne suis pas partisan du net et des vidéo magique « garage » mais quand même c’est notre époque! La jeunesse, l’adolescence à toujours était la et vous faites vraiment vieux ringards à cracher sur ces jeunes carto »net »man.
    Car si leurs performances est toute pourrie au moins ils tripotent leur jeux de cartes et se diront un jour (en prenant des cours ou en voyant un bon presti) « tiens si j’essayais de bosser la comédie et mon barratin »
    Ah oui et puis le « dire du mal en face des personnes concernés… » internet c’est un moyen de communication comme un autre, mise à part qu’il est ouvert à tous, et le critique quand il pourrie un artiste « ne le fait pas en face des personnes concernées… ».
    Enfin voila petit coup de gueule contre ces commentaires, enfin merci Dominique pour vos articles je me régale tout les lundi matins dans le bus en les lisant
    Antoine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *