«

»

Avr 25 2010

En réponse à…

Suite à ma note du 12 avril dernier « Phrases, aphorismes, pensées, bidules, carfousitations*, que sais-je… », Mickael m’a adressé un commentaire et voici ma réponse !

Pour rappel tout d’abord voici ma note du 12 avril :

5

Le jour où on peut donner de telle façon qu’on ne sait plus ce qu’on a donné et à qui, on comprend mieux ce que donner veut dire.

6

Une mouche s’est posée sur ce fromage. Ayant vu son manège, je n’ai plus envie d’y goûter.

Je serais venu une minute plus tard, je n’aurais pas vu cette vilaine mouche et aurais dégusté mon fromage avec plaisir…

 7

Je ne suis pas un écrivain. Je ne sais pas écrire. Mais j’aime écrire… Alors j’écris et on me dit que j’écris bien.

Non, j’écris mal mais avec mes tripes…

8

Si on boit, on se détruit. Si on fume, on se détruit. Si on s’empêche de tout on se détruit aussi. Etre raisonnable me détruit. Que faire pour ne pas me détruire ?

9

Celui qui recherche le but de sa vie le trouve et s’ennuie profondément le reste de sa vie.

Et voici les commentaires de Mickael avec mes réponses :

« Bonjour, Aujourd’hui j’ai souhaité rebondir sur le texte de Dominique de façon un peu différente ; à savoir, une question par carfousitation. Elles commentent ou reprennent ce qu’a écrit Dominique. Une seule ouvre une autre porte : 5 Peut on, en constatant 6 et en réalisant 7, résoudre 8 et 9 pour arriver à 5 ? »

Je crois que oui, j’en ai la prétention du moins ! Donner, que ce soit par intérêt ou pour une autre raison inavouable quelconque, c’est donner de toute façon. Nous sommes dépassés par ce que nous donnons. L’acte même d’agir, c’est souvent donner quelque chose à quelqu’un. Meilleure des choses, non ? En prenant conscience de cela, on s’aide, inconsciemment à donner mieux. A donner plus et plus encore.

« 6 L’ignorance rend elle la vie plus plaisante et paisible ? »

« Bienheureux les ignorants, ils retrouveront le royaume des Cieux » apprend-t-on dans certaines écoles…

Si on écoute cette maxime, on devrait se sentir plutôt calme que se sentir remplis de ces soucis inhérents à nos consciences, qui nous font réfléchir parfois pour déboucher sur le néant.

Pour ce qui est de « la vie plus plaisante », j’en doute… car pour qu’elle soit « plaisante », il nous faudrait goûter les différences de ce que la vie nous propose et nous donne sans cesse. Mais si nous sommes ignorants nous le serons fatalement aussi pour savoir distinguer ce qui est bon de ce qui l’est moins, je pense ! Finalement : « Souffrir pour être beau », comme me disait ma chère mère (qui avait compris pas mal de choses en ce bas monde) lorsque de nouvelles chaussures me faisaient un peu mal aux pieds, est salutaire pour gagner sur l’adversité. A voir et à méditer, non ?

«  7 La beauté naît elle aussi de la sincérité ? »

J’en ai la prétention. C’est pourquoi je m’attire les foudres des pisse-froid de tous bords, qui préfèrent encenser le politiquement correct plutôt que de parler vrai pour faire avancer les choses, les vraies !

Mais nous baignons dans la subjectivité, toi avec la façon dont tu poses ta question et moi avec la façon dont j’ose répondre (j’adore), donc peu de chance que nous soyons compris par beaucoup de lecteurs (néanmoins attentifs à nos débordements éventuels) !

 « 8 L’action mène t’elle à la compréhension ? »

Assurément. Plus on casse des œufs et plus on devient un expert dans la confection de l’omelette !

L’action, si elle est sincère (ce qui est loin d’être fréquent, lorsqu’on voit certains agir…), conduit à devenir un expert dans les erreurs, donc un expert dans ce qu’il faut obtenir  pour ne pas échouer. Hop !

Toute action nous permet (nous propose devrais-je dire) d’appréhender la réalité et non une rêverie de la réalité. Je préfère donc toujours un échec « agi » à une supputation mentale.

Je pense surtout à la recherche magique, ici. Combien de fois ai-je rebondi sur une idée mal fichue pour m’obliger à déboucher sur du concret, dans l’idée simplement de « tenter le coup », en m’empêchant de m’interdire d’emprunter tel ou tel chemin ! En plus simple il est toujours plus productif de ne pas s’arrêter d’agir, quitte à s’apercevoir qu’on s’est fourvoyé.

«  9 Le voyage est il plus important que la destination ? »

Evidemment. La destination est la fin de sa vie. Le repos du guerrier (pouah !). Nous en reparlerons si tu le souhaites, plus abondamment une autre fois !

Et suite à ma note du 19 avril dernier, Potit panda a également réagi. Voici ses questions et mes réponses !

« Parce qu'on ne reçoit pas forcément [du public] ? Attends tu systématiquement de recevoir ? »

Bien sûr qu’on reçoit énormément du public, quoi qu’il arrive !

J’attends de recevoir quelque chose du public uniquement dans la mesure où dans un échange, par définition, on  se donne (en partie du moins) et en se donnant on reçoit fatalement un retour.

Mais je n’attends pas de choses particulières, quoi qu’on puisse croire ou penser.

Mon métier est un des plus merveilleux qui soit. Je le dis sans aucune démagogie. Il faut dire que certains concurrents aigris s’ingénient à me nuire mais rien ne peut me détourner de mon métier, qui est pour moi le plus beau du monde !

Pouvoir le pratiquer depuis toutes ces années m’apporte véritablement le bonheur. Je ne plaisante pas. Et c’est un peu de ce bonheur que je tente de transmettre aux autres lorsque je joue la comédie dans mes spectacles.

Tout ce que je peux prendre je le prends. Mais c’est le public qui me donne le plus. Sa présence, ses rires, ses envies de « moi » me font vibrer du plus profond de mon être et je crois que le public le sent.

C’est ce qui fait que les choses fonctionnent.

« Ne pas recevoir t'empecherait-il de donner a nouveau ? Voila ce que le post de la semaine derniere m'inspire ! »

Depuis toujours je me donne tout entier sur scène. Je travaille chaque jour de ma vie pour me retrouver devant le public avec plein de choses à lui dire, à lui donner. Et d’un simple coup d’œil le public le voit : c’est ça la magie, la vraie, celle que personne ne peut nous voler ! Donc je ne crois pas retenir quoi que ce soit vis-à-vis du public. Cela dit je vois bien à quoi tu fais allusion. Dans une de mes réponses récentes envoyées à Mickael, j’ai évoqué le problème des publics difficiles et la façon de les gérer. Mais sache, en l’occurrence, que je lui répondais en fonction de SON expérience à LUI, pas la mienne. Pour ma part, je n’ai plus guère souvent affaire à des gens vraiment  « mal baisés », pour reprendre l’expression ! Tu sais, le public te « sent » immédiatement sur scène. Il vient chercher du rêve, je lui donne toute mon expérience, mon amour, mon talent, mes tripes. Alors il (re)devient docile. J’arrive à lui faire revivre des choses de mômes et il en redemande. Je pense, j’espère !

« Par contre, dominique est-ce l'expérience qui te fait parler comme cela du public …. ? (en terme de "dureté") OK des personnes récalcitrantes ca existe plus souvent qu'on ne le croit … mais n'as tu pas peur d'en faire une généralité ? »

Je crois avoir répondu en partie plus haut. Mais je précise que le public est de plus en plus connaissant de nos « trucs » de base grâce à Internet etc. Alors, à nous d’être performants, habiles, mais surtout d’être de vrais artistes, c’est pourquoi je parle tant de comédie car, sans elle, nous ne pourrons plus bien longtemps faire illusion avec la magie.

Les mentalistes s’en sortent car ils vendent du rêve et le public en est friand. Le public croit relativement facilement dans les pouvoirs des mentalistes… mais quand il s’agit de magie traditionnelle, si celle-ci n’est pas jouée vraiment, cela passe de moins en moins. Du moins j’en ai peur ! Je n’ai pas peur d’ailleurs pour moi, mais pour ceux qui se bornent à faire des petits tours sans comédie ! Ceux qui réduisent la magie à de la dextérité primaire ou à un simple « truc ». Ceux qui se trompent quoi !!!

 « Un magicien est un acteur qui joue le role d'un magicien dit-on mais … au dela de l'acteur il y a quand meme une part de toi meme (etre humain) qui entre en compte et qui fait qu'il ya quand meme un public a respecter non, qui plus est qui a payé pour voir un spectacle ? *pars tu de l'idée vis a vis du public que tu ne respectes pas les gens qui ne te respectent pas ? »

Je respecte les gens qu’ils soient des spectateurs ou pas, d’ailleurs. Par contre je pense qu’on doit savoir ne pas se laisser faire lorsque certains ont envie de nous nuire.

Cela dit on ne doit pas s’étonner de se retrouver « victime » de son public dès lors qu’on n’est pas en phase avec ce que l’on propose. Je vois souvent des magiciens présenter des tours qu’ils ne maîtrisent pas, ou pas encore assez bien. Dans ce genre de contexte Il est normal que le public se « rebiffe ».

A noter que je ne suis jamais négatif vis-à-vis d’un public qui a une réaction logique vis-à-vis de ce qu’il voit, si la chose n’est pas au top !

Nous en reparlerons, si tu veux !

Amitiés

Dominique Duvivier

1 commentaire

  1. Potit Panda

    Avec plaisir Dominnique pour le dernier point.
    Et merci pour les réponses qui sont un retour d’experience, de TON expérience, et ca fait du bien ! ca aide a aborder les choses, bon chacun a ses petits trucs et c’est l’ensemble de ces choses qui font qu’on avance.
    Merci pour tes réponses !
    P

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *