«

»

Mar 15 2010

En réponse à…

Je voulais des réactions par rapport à ma dernière note « Phrase, aphorisme… » de la semaine dernière, j’en ai eues. J’en suis ravi !

Merci à tous de faire vivre ce blog et, par la même occasion, votre serviteur qui adore parler à des amis.* Hop !

*Le mot est fort mais signifie qu’à partir du moment où la passion nous anime ensemble, que le respect est de mise… nous sommes des amis, selon moi. Pas intimes mais pas loin. Re-hop !

Cette semaine, je souhaite répondre aux commentaires envoyés par Pascal, alias « Potit Panda », en reprenant ses questions ci-dessous.

Tentative de dialogue sur le blog donc (juste pour faire rimer blog et dialogue) !

Vous verrez : j’ai repris son texte entier pour vous éviter de devoir aller cliquer sur la partie droite de cette rubrique habituelle. Avec ce choix d’avoir republié l’ensemble, comme Pascal me questionne vers la fin du texte, vous pourrez ainsi mieux suivre ses pérégrinations.

« Bonsoir Dominique : La première résume assez bien tous ces gens qui se croient "plus forts" que les autres, en paroles en pensées et la moralité et que nous sommes tous des petites pierres en ce bas monde et que nous faisons avancer les choses tels que nous sommes et chaque personne apporte sa pierre à l'édifice. Mais tu sais comme moi qu'il y a des gens que même la pluie ne fait pas peur … c'est assez désolant… La deuxième phrase, c'est celle que je retiens de toi et qui s'avère finalement très juste pour tout battant quelque soit le domaine dans lequel il se "bat" quelque soit le nombre d'années durant lesquelles il se bat dans ce domaine… C'est une phrase que tu utilises assez souvent comme leitmotiv dans tes spectacles. Cela me fait penser à ton texte sur "le jeu qui se mélange tout seul"…. Cet enfant veut comprendre ce qui est inutile parce qu’il voit les grands aimer l’inutile. La magie c'est inutile dans le fond mais pas dans la forme ! D'ailleurs pour cela que les enfants et les autres ne comprennent pas. Que considères-tu toi comme "l'inutile" ? "A force de rechercher la vérité on peut tomber sur une bien plus terrifiante : la sienne !" Penses- tu avoir trouvé "ta" vérité ??? En quoi selon toi serait-elle plus terrifiante que celle d'une autre personne ? Autant de questions que nous avons peut-être déjà abordées, mais sur lesquelles on peut revenir ! puisque quelque part c'est peut-être aussi un peu le but de cet article. Amitiés magiques »

Je vais commencer par le sujet de l’inutile, en espérant avoir bien compris ta question.

Qu’est-ce que je considère comme étant inutile. Bonne question. N’oublions pas déjà que nous sommes dans une forme de poésie, de métaphore et surtout que nous sommes dans les années 70  quand j’écris ces petites phrases ! Chaque paramètre compte pour remplir mon contrat, non ?

Selon moi, ce qui est inutile est ce qui ne pourra jamais nous permettre de devenir meilleur. Grâce à nos erreurs, souvent, nous pouvons comprendre des choses et changer ainsi de cap pour réussir mieux, voire beaucoup mieux et parfois parfaitement (le mot est lâché). Donc il semble que rien n’est inutile en soi.

Par contre, voici un petit exemple pour avancer sur le sujet. Sans vouloir ramener les choses sur ma petite personne, regarde mes concurrents, ou plutôt certains de ceux-là : leur combat contre moi les a rendu complètement hermétiques. Ils sont devenus incapables de se rendre compte de leur folie à mon égard. Autant se battre contre quelque chose qui semble une bonne cause est louable et utile, autant ne plus rien considérer et omettre ainsi petit à petit qu’on entre dans la mauvaise foi, le mensonge, la calomnie, la diffamation… devient un combat inutile, il me semble.

Autre exemple : je ne suis pas un pro Sarkozy, loin de là, mais se battre dans le sens de dire : cet homme est nul de partout, il n’a rien compris en politique, il est juste un esbroufeur… est un combat qui semble inutile parce que tellement au-delà de la réalité ! A moins qu’on se place dans l’état de faire croire qu’il est nul tactiquement etc., comme ces groupes utopistes qui défendent des thèses un peu abracadabrantes…

Je ne sais pas si je me fais bien comprendre, mais ces exemples sont là pour situer le sens de ce que j’appelle aujourd’hui l’inutile.

Ai-je trouvé ma vérité ? Et pourquoi serait-elle plus terrifiante que celle d’une autre personne ?

Si je l’ai trouvée, ma vérité, c’est : garder l’esprit du débutant et savoir combattre, jour et nuit, chaque pouce de terrain qui pourrait résister à mon désir d’avancer et de vivre avec les bonnes personnes dans la vie !

Je suis un vrai combattant, je crois et je pense qu’arrêter de se battre, c’est perdre son âme.

Je livre juste quelques mots de cette vérité, histoire de vous donner suffisamment en pâture pour vous donner envie de rebondir, si ça intéresse !

Et quand on parle de « vérité » qui serait plus « terrifiante », tatsoin… c’est dans le sens d’une vérité qui serait une fin en soi. C’est le pire qu’il puisse vous arriver : se complaire soi-même dans une facilité qui occasionnerait de s’interrompre, de laisser tomber. Lire son petit journal dans son petit fauteuil et se tourner les pouces en attendant la mort ! C’est un peu ça, ce qui peut être terrifiant pour moi : s’arrêter de jouter avec la vie. Se laisser faire, quoi !

Ensuite, tu as ajouté : « Mais au final je ne veux pas jouer les troubles fêtes mais ou est le rapport a la magie… la recherche de l'incontestablement vrai dans nos routines ??? est ce la ou tu veux en venir Dominique ??? »

Je crois que dans la magie et dans la vie, tout se rejoint. On ne peut dissocier la vie de tous les jours (avec donc son lot de paradoxes) et le spectacle qui est un aboutissement, selon moi de ce que nous sommes avec ce que nous produisons.

Le spectateur ressent ce que nous émettons même si nous ne parlons de rien de ce qui peut nous préoccuper.

C’est d’ailleurs pourquoi peu d’artistes magiciens se font comprendre (aimer) du public en général car leurs valeurs ne sont pas du tout, comment dire… vous voyez sûrement !

Pour être plus clair et direct : si nous ne véhiculons que de la « masturbation technique » et des valeurs de force primaire à nos publics, nous n’irons pas bien loin. Le spectateur ne rêvant pas en nous voyant, il ne lui restera que peu, pour ne pas dire rien, d’un spectacle vivant qui, lui, doit être gorgé d’amour, de vie, de richesses multiples…

Nos routines doivent se remplir de notions bien plus élevées que des performances techniques techniciennes. Voilà en gros ce que je défends.. mais seulement depuis toujours !!!

A++.
Dominique

3 commentaires

  1. Pascal (Potit Panda)

    Bonsoir dominique … je sais que je vais me faire mal voir… mais tant pis (pas par toi je pense )
    Je cite ton passage :
    Regarde mes concurrents, ou plutôt certains de ceux-là : leur combat contre moi les a rendu complètement hermétiques. Ils sont devenus incapables de se rendre compte de leur folie à mon égard. Autant se battre contre quelque chose qui semble une bonne cause est louable et utile, autant ne plus rien considérer et omettre ainsi petit à petit qu’on entre dans la mauvaise foi, le mensonge, la calomnie, la diffamation… devient un combat inutile, il me semble.
    HELAS !Toi tu l’a compris mais eux ne l’ont pas encore compris. et c’est en ca que cela devient désolant… (ceci est mon opinion…)
    Ils préfèrent se laisser mouiller par la pluie c’est leur probleme ! et comme il me semble te l’avoir déja dit … je m’interdit de rentrer de quelques formes que ce soit dans des conflits sans queue ni tete !
    Ceci dit indépendamment de tout cela, je me ferais un plaisir s’il me venait a les rencotrer de discuter le bout de gras avec eux… juste pour le plaisir et indépendamment de tout jugement sous prétexte que je poste sur ce blog !!!
    (je parle pour eux… bien sur ! Avec mes amitiés magiques et sans vouloir offenser personne)
    Donc a ce jour concernant ce sujet la … finalement tu établis un lien … ma foi … logique entre les « carfousitations » une et 4 du post précédent.
    Merci en tout cas pour tes réponses claires et précises…
    J’ai également suivi tes conseils de bouquins, je me suis lancé dans la lecture de « Pourquoi la tartine… »
    J’ai également trouvé un bouquin qui pourrait t’intéresser, je te fais passer le lien ici, libre a toi de le supprimer dans la modération ! et qui peut ouvrir a d’autres recherches… ou idées liées a des présentations …
    http://www.laprocure.fr/livres/patrice-serres/le-mystere-l-ordre-alphabetique-la-mesure-temps-l-ecriture_9782845922990.html
    Bonne soirée

  2. Pascal (Potit Panda)

    Qu’est-ce que je considère comme étant inutile. Bonne question. N’oublions pas déjà que nous sommes dans une forme de poésie, de métaphore et surtout que nous sommes dans les années 70 quand j’écris ces petites phrases ! Chaque paramètre compte pour remplir mon contrat, non ?
    Qu-est-ce qui pour toi change, que l’on soit en 1970 ou … 40 ans après ???

  3. Mickaël

    Bonjour,
    Je rejoins Dominique dans sa pensée, car cela reflète beaucoup ce que j’ai pu apprendre avec mes professeurs d’arts martiaux.
    Bien sûr on pourrait objecter : « les arts martiaux ? De quoi il parle ? On parle magie ici… » Eh bien oui, justement. Magie, arts martiaux, musique , etc…, même principe . La forme est différente, mais le fond… Et même quand on arrive au fond des choses, je crois bien que l’on aperçoit un double fond…
    Je cite Dominique : « ma vérité, c’est : garder l’esprit du débutant et savoir combattre, jour et nuit, chaque pouce de terrain qui pourrait résister à mon désir d’avancer et de vivre avec les bonnes personnes dans la vie ! […] quand on parle de « vérité » qui serait plus « terrifiante », tatsoin… c’est dans le sens d’une vérité qui serait une fin en soi. C’est le pire qu’il puisse vous arriver : se complaire soi-même dans une facilité qui occasionnerait de s’interrompre, de laisser tomber».
    Effectivement, progresser dans l’art, je pense, c’est être en permanence dans la peau d’un élève, même pour un maître. C’est ne jamais se reposer sur ses acquis pour se remettre en question chaque jour. Une école de vie. C’est passionnant, car il n’y a pas de fin, on apprend sans cesse. Comme le disait Saint Exupéry : « Seule compte la démarche. Car c’est elle qui dure, et non le but qui n’est qu’illusion de voyageur. »
    Cela paraît évident et pourtant je trouve cela difficile. Car si l’on sort de l’exhibitionnisme technique pur pour s’inscrire dans cette démarche, on perd ses illusions, on entre dans l’art, certes, mais on réalise de plus en plus la difficulté à devenir un être humain « véritable ». Et si je comprends bien Dominique, le magicien doit être vrai dans sa relation aux gens, car c’est lui qu’il exprime dans son spectacle, même caché derrière des routines et des illusions.
    J’en conclue que la « masturbation technique », pour citer à nouveau Dominique, n’est qu’illusion, pour ceux qui dissocient la pratique et la vie en oubliant qu’au contraire, il faudrait tendre à devenir « Un ».
    Dominique, je crois bien que vous avez beaucoup de choses à nous apprendre.
    Amitiés.
    Mike (Mickaël, l’infirmier)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *