«

»

Juil 20 2009

Le rire, encore le rire !

 

Parlons du rire proprement dit… Une scène est drôle quand :

– le personnage (le magicien) est décalé par rapport à ce qu’il fait ou dit

– le spectateur se trompe dans ce qu’il devait faire et tout bascule ailleurs

– l’objet utilisé est ridicule dans le contexte créé

– il y a des quiproquos, quels qu’ils soient

– le texte est prenant mais abracadabrant !

– une erreur manifeste est vendue comme une prouesse ou comme quelque chose de prévu

– un mot, une expression, un geste qu’un spectateur a fabriqué à un moment du spectacle est utilisé. Reprendre à son compte cet état provoque un rire.

– et la liste serait longue si on devait la rendre exhaustive !!!

 DSCN0095

Maintenant, un exemple :

Dans un de mes spectacles (« Intimiste ») je parle de « transparence » et montre que j’utilise pour cette raison un coffre transparent. On voit tout ce qu’il y a dedans. Je sors un étui blanc, le pose sur la table en m’adressant à un spectateur précis et lui dis :

« Comme nous parlons de transparence, je vais utiliser un jeu blanc. Transparence / jeu blanc ! Hein monsieur ? »

A ce stade rien n’est drôle. Je viens juste de planter le décor de la situation. Cette réplique dure quelques secondes.

Le spectateur est amené à me dire :

« oui ! »

Il répond oui à la question de la transparence au sens figuré (le blanc = rien transparent = néant). Ces « deux fois rien » (comme dirait Raymond Devos) vont se mélanger et obliger le spectateur à me répondre ce fameux « oui ! ».

Toute cette introduction est pour le conduire à cet état. Quand il m’a répondu, je rétorque alors :

« Bah, non !!! Le blanc et le transparent ça n’a rien à voir !! »

Rires du public, immédiats.

Ce que je trouve intéressant dans cette scène, c’est la façon dont elle est bâtie : elle est assez complexe à construire mais elle fera toujours  » mouche « .

L’apparence est plus que simple mais tout le cheminement pour l’obtenir ne l’est pas.

Je viens de vous le donner ici et je pense (du moins je l’espère !) que vous comprendrez ainsi un peu mieux ma démarche pour construire un rire de situation. Les objets sont importants (boîte transparente, jeu blanc) mais aussi l’interactivité entre ces mêmes objets (le concept de la transparence qui concerne à la fois la boîte et le jeu). C’est de cette erreur que le spectateur commettra de bonne foi, que le rire se créera automatiquement. Ce rire sera de courte durée, mais tout au long du show, je construis des choses analogues qui permettront au spectacle d’être un show drôle et décontracté tout en étant uniquement basé sur la magie. J’aime cette façon de montrer la magie…

Bien à vous tous

Dominique Duvivier

 

1 commentaire

  1. Felix

    Très intéressante cette approche. MERCI
    c’est tout l’art du décalage .
    Quelle relation entre la transparence et le blanc ? quelle approximation entre les 2 ?
    et puis quelle texte avec quel rythme pour obtenir l’effet ….
    Là c’est coton !
    Mais si tu dis que ca fonctionne à tous les coups, ca a été bien pensé .
    Tu penses qu’on peut adapter ce principe à la majorité des effets magiques ???
    Bien à toi .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *