«

»

Mai 11 2009

Pendant l’écriture d’un nouveau spectacle…

Quand je suis en train d’écrire un nouveau spectacle, je semble souvent ailleurs pour mon entourage.

La moindre seconde de libre et je plonge dans l’univers que je viens d’imaginer même si je ne sais pas encore s’il sera conservé ou abandonné définitivement.

Je me passe le film que j’ai imaginé des dizaines de fois avant de me dire: c’est prêt !

Quand je parle de « film », je veux préciser que je ne filme rien au premier degré : tout est en moi. Comment sais-je si je dois conserver telle ou telle version ? Pas de réponse toute faite à cette question. Je le sens, c’est tout. Cela devient incontournable. Je ne vois plus comment il en serait autrement. « À force d’à force », je le sais.P9193058

Dans ces moments-là, j’arrive à me retrouver un peu… Je veux dire : je redescends sur terre. Alors, je me sens prêt pour essayer devant de vraies personnes, ce que je rumine depuis des semaines, des mois, parfois.

En faisant en direct ce qui n’était que virtuel juste avant, je me rends compte de ce qui va, de ce qui va moins bien et de ce qui ne colle pas du tout !!!

J’enlève, rajoute, taille dans le gras où je ressens une erreur qui me semble funeste.

Parfois je dois tout réécrire. Parfois tout s’imbrique du premier coup.

Toute cette période est assez jouissive et en même temps assez épuisante nerveusement. J’aime tout faire travailler en moi le plus possible.

Je suis tellement heureux de voir à quel point le public répond présent que cela me donne des ailes pour tenter plus et toujours plus.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *