«

»

Avr 20 2009

L’IMAGINATION AU POUVOIR …

N’avez-vous jamais pensé que le spectateur n’avait pas d’imagination ?

Cela paraît incroyable, mais trou(*)!

Tenez, imaginez… heu ! non, plutôt demandez à un spectateur quel effet il aimerait voir ? Vous n’êtes pas au bout de vos surprises !

Conscient de cet état de fait, vous allez pouvoir tirer partie de cette incompétence.

Par exemple, en proposant au public un texte ou un effet de cette façon :

«Vous saviez certainement que Robert-Houdin, très célèbre magicien, avait coutume de dire ceci ou de faire cela…»

Faute de connaissance, le spectateur acquiescera, tout content du savoir qu’on lui prête !

En effet, notre travail consiste à lui prouver à mi-mot que nous possédons des connaissances et des techniques qui vont le mettre en valeur, lui !

Plus nous irons dans ce sens et plus nos tours seront appréciés.

Un autre exemple : si vous avez décidé de faire une démonstration de tricherie, commencez par apprendre réellement les règles du jeu en question. Pour le vrai joueur, vous serez crédible et pour le profane, vous serez un expert. C’est une évidence et pourtant, je connais beaucoup de magiciens qui confondent encore un brelan et une quinte ! C’est full, non ?

 

(*) Traduction de l’anglais «But true!»

2 commentaires

  1. Kevin Schultz

    Ce nouvel article est très intéressant Dominique.
    C’est une jolie façon de flatter le spectateur, de le mettre en valeur sans trop en faire.
    Il y a de cela quelques jours j’ai vu un film de Woody Allen qui s’appelle « Scoop ». Dans ce film, il joue le rôle d’un magicien: Splendini.
    Le rôle qu’il joue est une caricature du magicien qui flatte son public.
    Je vous mets quelques citations de ce personnage magicien afin que vous voyez pourquoi je vous en parle suite à votre article:
    « Vous êtes un incroyable être humain, l’honneur de votre race. »
    « Vous êtes une femme merveilleuse, l’honneur de votre race. »
    « Vous êtes vraiment un public formidable, le meilleur public que j’ai jamais eu »
    A la vue de ce film, mon côté magicien a pris le dessus et je me suis mis à réfléchir à ma façon de me comporter avec le public.
    La seule chose qui peut les flatter est lorsque je leur dis qu’ils mélangent très bien. Peut-être est-ce une erreur car cette personne peut penser qu’un mélange de cartes est une chose simple et que je la prends pour un arriéré.
    Je vais probablement appliquer votre méthode de faire croire au public que la chose qu’il me suggère est un classique de la magie en citant un grand magicien.

  2. beyrevra

    En effet, le spectateur n’est pas celui qui va subir la magie, mais bien celui qu’on « juge apte » à témoigner, à vivre un instant sorti de l’ordinaire. Un complice du merveilleux !
    Et si en plus, il a l’impression que sans lui l’expérience n’aurait jamais abouti, il vous aimera d’autant.
    D’ailleurs il aura raison, sans spectateur, pas de magie !
    Juste une opinion hein ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *